/ Le futur s’explore collectivement | Actualités

Le futur s’explore collectivement

Publié le 18 juin 2019

La deuxième session de la démarche sur l’avenir de la Brière s’est déroulée sur deux journées, mardi 18 et mercredi 19 juin, à l’espace des Marais de Saint-André-des-Eaux. Une soixantaine de participants ont apporté leur contribution pour un voyage dans le futur. 

Autour des tables, les échanges vont bon train, les neurones s’activent. On s’interroge du regard, on sourit, on rit jaune, on imagine le pire et le meilleur, on casse les codes… Pour la seconde fois, divers acteurs du parc (élus, techniciens, partenaires du Parc, institutionnels…) se sont réunis pour poursuivre la réflexion autour de l’avenir de la Brière. Leur mission cette fois-ci ? Se projeter en 2060, en tenant compte des incertitudes liées notamment au changement climatique. Les groupes de travail ont d’abord été répartis par secteur géographique pour tenir compte des spécificités du Parc et être plus précis dans leurs réflexions. Ensemble, ils ont imaginé des hypothèses d’évolution avant croiser celles-ci pour bâtir plusieurs scénarios, plus ou moins réalistes. « Et si la montée des eaux provoquait un mouvement migratoire du bocage sud vers le bocage nord ? », « Et si, le bocage nord devenait une grande forêt pour absorber les émissions de carbone ? ». L’imagination se débride…

Explorer l’avenir pour mieux anticiper

« 2060, ça nous paraît lointain aujourd’hui », explique Frédéric Weill, de Futuribles. « Mais, si l’on veut tenir compte des modifications climatiques majeures qui s’annoncent et anticiper leurs incidences sur la biodiversité et les écosystèmes, il faut voir loin. Explorer l’avenir en bâtissant des scénarios plus ou moins probables nous aide à décider collectivement ce que l’on retient pour agir au mieux ». « Avec ces ateliers sur deux jours, nous sommes vraiment dans la co-construction. Les regards croisés sont d’une incroyable richesse », poursuit Nicolas Le Berre, de Citizen Factory. « On prend en compte toutes les interactions, toutes les contraintes et on sort de la Brière pour une véritable prise de hauteur. L’idée est de construire une vision partagée, de trouver le plus petit dénominateur commun pour enrichir la réflexion. Et d’en faire un défi collectif ! »

Et pour la suite…

En conclusion de ces deux journées intenses, les participants ont confronté leurs scénarios qui seront présentés prochainement au comité de pilotage. Celui-ci se basera sur cette réflexion structurée pour préparer le troisième séminaire, prévu le 17 septembre prochain. Au menu du troisième séminaire : construire un plan d’actions participatif et définir un agenda commun. Pour Nicolas Le Berre, « ce séminaire va certes venir nourrir la réflexion de la charte à mi-parcours du Parc.
Mais ce n’est pas une fin en soi ! C’est avant tout le point de départ d’actions communes à mener. On mobilise les contributeurs, on impulse une dynamique et il ne faut pas que ça retombe ensuite ! ».

Le futur s’explore collectivement
Photo de Bruno DAVAL
Bruno DAVAL

Directeur