/ Le Parc naturel et la Chambre des métiers et de l’artisanat partenaires | Actualités

Le Parc naturel et la Chambre des métiers et de l'artisanat partenaires

Publié le 30 novembre 2018

S’appuyant sur le réseau national, le syndicat mixte du Parc de Brière utilise la marque « Valeurs Parc » pour valoriser les promenades en chaland, la viande bovine, la restauration et a ouvert son réseau en 2017 aux hébergements. Le réseau comprend actuellement 70 adhérents.
En 2018, Le Parc souhaite enrichir son réseau en l’ouvrant aux artisans d’art.
C'est pour cela que ce 30 novembre, le Parc naturel et la chambre des métiers et de l'artisanat de Loire-Atlantique ont signé un partenariat. Ensemble, ils souhaitent promouvoir et mettre en valeur le savoir-faire d’artisans, engagés sur le territoire du Parc naturel et porteurs, à travers leur art, d’une histoire et d’une identité locales.

Pour le moment trois types d'artisanat sont valorisés :

- L’artisanat du Morta et du bois issu d’essences locales : Le Morta, matériau spécifique présent dans les marais de Brière, provenant de la fossilisation de forêt submergées il y a des milliers d’années, a inspiré des artisans d’art qui l’utilisent pour fabriquer des objets précieux comme des bijoux, couteaux, des stylos ou bien encore des sculptures. Certains ont diversifié la matière première à d’autres essences de bois locales comme le Frêne.

- L’artisanat potier. : cet artisanat traditionnel, connu dès la période gallo-romaine en Brière, utilisait l’argile extrait du territoire comme matière première avec la particularité d’une forte teneur en micas qui donnait aux poteries quelques reflets "pailletés". Aujourd’hui la matière première ne provient plus du territoire et s’est diversifiée. Néanmoins, la commune d’Herbignac, berceau de l’activité potière en Brière, valorise ce savoir-faire avec l’organisation du « marché des potiers », évènement annuel qui attire plus de 10000 visiteurs par an.

- L’artisanat des couronnes de fleurs d’oranger : les ateliers de confection des couronnes de mariées faisaient la renommée de Saint-Joachim. Cet artisanat spécifique a progressivement disparu depuis les années 1950. Aujourd’hui, le musée de la mariée, propriété du Syndicat mixte du Parc, en conserve la mémoire.
Une artisane, Maélenn Mézac, spécialisée dans la confection de couronnes a récemment installé son atelier à Saint-Joachim et fait revivre ce patrimoine immatériel.

Aussi les artisans souhaitant bénéficier de la marque « valeurs parc naturel régional » doivent répondre à un cahier des charges dont les principaux critères portent sur l’ancrage territorial et l’engagement de l’artisan dans l’économie locale, l’origine et la qualité des matériaux utilisés, les techniques utilisées qui doivent être traditionnelles et reconnues par la profession avec l’intervention de l’homme à chacune des étapes.

Le Parc naturel et la Chambre des métiers et de l'artisanat partenaires
Photo de Myrtille Le Motheux
Myrtille Le Motheux

Chef du service développement local