/ Une étude sur le chaume : On a besoin de vous ! | Actualités

Une étude sur le chaume : On a besoin de vous !

Publié le 05 juillet 2017

Depuis plusieurs années, la présence de champignons et cyanobactéries a été constatée sur certaines couvertures en chaume pouvant amener à leur dégradation prématurée. Afin de comprendre les mécanismes biologiques de ces micro-organismes et avec l’objectif de prévenir leur développement, le Parc naturel régional de Brière et les chaumiers engagent un projet de recherche et d’actions préventives. Le projet est en cours de construction avec des laboratoires de recherche, les collectivités locales et des partenaires techniques. De mars à septembre 2017, Florestan BARGAIN, Ingénieur agronome au Parc naturel régional de Brière réalise une étude pour cerner ce sujet sur la base des connaissances existantes en France et à l’International. Cette étude permettra de dresser un premier état des lieux et construire une base de données historique des chaumières (interventions sur les couvertures et modes constructifs des chaumières, désordres constatés) qui serviront au futur programme de recherche et d’actions. A cet effet, il réalisera des enquêtes de juin à août 2017 auprès des propriétaires de chaumières, des chaumiers, coupeurs de roseau.

Une étude et un projet participatif ! Vous êtes propriétaire d’une chaumière et cette étude vous intéresse ?
Vous souhaitez y participer ?

Lien vers le questionnaire

Pour tous renseignements et/ou RDV, vous pouvez joindre Florestan BARGAIN : f.bargain@parc-naturel-briere.fr ou au 02.40.91.68.68 – Centre administratif du Parc

 Une restitution de cette étude préalable de la filière du chaume sera organisée début septembre.

Dans la cadre de cette étude préalable d, le syndicat mixte du Parc naturel régional de Brière a organisé 3 réunions publiques avec les municipalités les accueillant à Saint-Joachim, Saint-Lyphard et Saint-André-des-Eaux. Ces réunions ont permis d’informer et d’échanger sur la problématique des dégradations des couvertures en chaume par les micro-organismes. Il a été proposé aux propriétaires de chaumières de participer à un projet collectif de recherche et d’actions. Près de 120 personnes étaient présentes et ont évoqué l’idée de créer des associations locales pour la préservation des chaumières.

Une étude sur le chaume : On a besoin de vous !