/ Modele 1

Modele 1

UN PATRIMOINE DE CHAUMIÈRES À PRÉSERVER

Témoins d’un habitat traditionnel typique du 17ème siècle et étroitement lié aux activités agraires et aux territoires de marais, les villages de chaumières constituent, de par leur architecture simple et typique, des ensembles bâtis singuliers des paysages du Parc naturel régional de Brière.

Les sites remarquables pour découvrir les chaumières : le village de Kerhinet à Saint-Lyphard, entièrement restauré par le Parc naturel régional de Brière au début des années 1970, le village de Bréca à Saint-Lyphard, Mayun à la Chapelle-des-Marais, l’île de Fédrun à Saint-Joachim…

Avec plus de 3500 couvertures en chaume, la Brière est unique en France.

Village de Bréca à Saint-Lyphard

Le territoire abrite à la fois :

  • des chaumières traditionnelles (antérieures aux années 1940) dont les modes constructifs sont encore révélateurs d’implantations en lien avec les modes de vie collectifs et d’emploi de matériaux locaux : terre, pierres, chênes et châtaigniers, roseau.
  • des chaumières récentes (postérieures aux années 1940) utilisant des matériaux contemporains et dont le fonctionnement thermique et hygrométrique sont radicalement différents.

Schéma des fonctionnements thermiques selon les périodes et matériaux de construction

Schéma des fonctionnements thermiques selon les périodes et matériaux de construction

 

LE CHAUME, UNE RESSOURCE MILLENAIRE

La couverture en chaume est très ancienne. Composée de brins végétaux directement posées sur une charpente simple et légère, elle était de tous temps réalisée par les habitants eux-mêmes.

Aujourd’hui, la pose du chaume se fait par des artisans chaumiers selon deux méthodes qui se valent en durabilité. La technique dite verticale ou dites « à la poignée »s’effectue par un seul chaumier qui procède par passées verticales. La technique à l’horizontale ou dite « à la barre » peut être réalisée par une équipe ou un chaumier seul qui procède à des passées horizontales. Bien que sa durée de vie soit estimée à 30 ans, la couverture en chaume ne demeure pas moins vivante car faite de végétaux soumis aux intempéries et à diverses dégradations (mousses, lichens, champignons et oiseaux…).C’est pourquoi la surveillance de son évolution et son entretien sont importants.Le matériau utilisé aujourd’hui est le roseau, Phragmites australis, issu des roselières briéronnes, camarguaises ou d’autres pays européens. Mais d’autres végétaux récoltés localement ont précédé le roseau : le seigle, le jonc jusqu’au 19ème voire 20ème siècle. Il est encore possible de trouver cette succession de couches végétales sur d’anciennes toitures.

La présence de mousses et champignons est souvent signe d’une humidité optimale pour leur développement (manque de ventilation en sous-face, infiltrations…). La présence de certains champignons et cyanobactéries peut entrainer des désordres importants nécessitant la réfection totale de la toiture si aucune intervention n’est réalisée à temps.

En cas d’apparition de mousses, de champignons ou de toutes dégradations, il est conseillé de demander l’avis à un chaumier pour en diagnostiquer la cause et envisager une éventuelle intervention.

En savoir plus sur les actions menées par le Parc


Si vous êtes propriétaire d’une chaumière nous vous invitons à participer en 2017 à une étude sur l’ensemble du Parc pour connaître les mécanismes de développement des champignons et cyanobactéries sur les toitures en chaume.

QUEL AVENIR POUR LES CHAUMIERES ?

Le village de Kerhinet en 1972


Une partie du patrimoine de chaumières a pu être conservée et renouvelée grâce à l’action conjuguée du Parc naturel régional de Brière, des élus locaux, régionaux et communaux qui ont soutenu financièrement la restauration d’un grand nombre de chaumières.

Au total depuis 1970 à 2006, plus de 1 600 bénéficiaires ont été aidés pour la pose, restauration ou rénovation de couvertures en. Ces subventions ont soutenu principalement des chaumières existantes (78%), et des résidences principales, ainsi que des annexes (loges, anciennes granges et écuries…) qui font partie intégrante du paysage.
Les impacts de cette politique globale ont été bénéfiques car le territoire a redécouvert son patrimoine et les savoir-faire des chaumiers. Ainsi, les ensembles de chaumières constituent des lieux de visites incontournables du territoire du Parc, et notamment le village de Kerhinet qui compte en 2015 près de 300 000 visiteurs par an.

 

En outre, l’activité économique locale a été relancée et 12 entreprises de couvreurs chaumiers installées sur le territoire ou à proximité interviennent.

Toutefois la conservation du patrimoine de chaumière, des savoir-faire et le maintien de la filière économique restent fragile en raison de :
– L’absence d’aides pour l’emploi du chaume plus coûteux que l’ardoise,
– L’absence de formation spécifique au métier de chaumier
– Des dégradations du chaume par des champignons et cyanobactéries

102 Résultats
Brière - halte migratoire 2014 - Revue ALAUDA

La Brière est un site de halte migratoire post nuptiale d'importance pour le Phragmite aquatique

Études et Bilans
Déclinaison du plan d'action national -Phragmite aquatique- en PDL (2010-2014)

Le plan national propose une stratégie qui doit permettre d’atteindre trois objectifs : - augmenter la surface d’habitats favorables au Phragmite aquatique dans les ZPS concernées ; - améliorer la connaissance du fonctionnement de la migration en France ; - participer à la conservation globale de l’espèce. Ces objectifs s’inscrivent dans un objectif plus global, à atteindre dans les 15 ans à venir, visant à disposer d’une proportion satisfaisante d’habitats favorables à l’alimentation dans tous les sites de halte migratoire ayant accueilli l’espèce depuis 1980.

Études et Bilans Lire
Suivi de la migration postnuptiale du Phragmite aquatique (2016)

Le présent rapport dresse un bilan de la base de données du CRBPO et des données collectées lors des campagnes de baguage de 2013 à 2016 pendant la migration postnuptiale du Phragmite aquatique en France. Les analyses prennent en compte les données de baguage intégrées dans la base de données du CRBPO au 2 novembre 2017.

Études et Bilans Lire
Rapport de Baguage Phragmite aquatique 2013

Étude du stationnement du Phragmite aquatique (Acrocephalus paludicola) en halte migratoire postnuptiale sur la ZPS « Grande Brière - Marais de Donges et du Brivet ». Résultats de la campagne 2013 Rédaction : Matthieu MARQUET & Emmanuel SECHET

Études et Bilans Lire
Plan national d'actions - le Phragmite aquatique 2010-2014

Le phragmite aquatique Acrocephalus paludicola, est le passereau le plus menacé d’extinction en Europe continentale. Cela lui vaut le statut d’espèce inscrite par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) en liste rouge mondiale des espèces menacées d’extinction. La France joue un rôle majeur dans la conservation de l’espèce car elle accueille la totalité ou presque de la population mondiale en halte migratoire post-nuptiale.

Études et Bilans Lire
Un guide pour mieux se signaler

Le Parc naturel régional de Brière vient d'éditer un guide de prescriptions et de recommandations dont l'ambition est de valoriser les activités économiques et d'améliorer l'orientation des usagers de la route tout en préservant et en donnant de la lisibilité aux paysages identitaires du Parc.

Brochures Lire
Programme d'actions 2018 du Parc naturel régional de Brière

40 actions qui reposent sur 16 projets.

Information - document officiel
BUDGETS PRIMITIFS 2018 PARC NATUREL REGIONAL DE BRIERE

Budgets primitifs 2018 du Parc naturel régional de Brière présentés et votés lors du comité syndical du 28 mars 2018

Information - document officiel
COMPTES ADMINISTRATIFS 2017 PARC NATUREL REGIONAL DE BRIERE

Comptes administratifs 2017 du Parc naturel régional de Brière présentés et votés lors du Comité syndical du 28 mars 2018

Information - document officiel
Réglement de consultation "Pacte local de lutte contre le développement de la jussie

Règlement de consultation pour l' Evaluation du bilan du programme d’actions 2016-2018 du « Pacte local de lutte contre le développement de la jussie »

Consultation
Pacte local de lutte contre le développement de la Jussie

Le Pacte porte sur le territoire du Parc naturel régional de la Brière élargi à l’ensemble des bassins versants le concernant, à savoir le Brivet, le Mès et l’étier de Pont Mahé. Nos marais et plans d’eau assurent de nombreuses fonctions écologiques, économiques, touristiques, sociales ou de loisir. Chacune de ces fonctions est ou sera à terme impactée par ce phénomène. Face à un problème qui touche l’ensemble de ces fonctions, nous, acteurs du territoire, unis dans une responsabilité collective et dans une responsabilité propre liée à chacun de nos statuts, fonctions, activités, avons décidé de nous rassembler dans un« Pacte contre la Jussie » qui a pour objet d’assurer un équilibre durable des espaces naturels colonisés.

Pacte Jussie
La Crassule de Helms

Introduite en Europe comme plante ornementale, la Crassule de Helms se développe dans les eaux douces et calmes. Elle affectionne particulièrement les milieux qui s’assèchent momentanément. Cette plante a été identifiée dans les marais de Brière à partir de 2015. Elle s’y adapte parfaitement. Elle est également signalée dans des mares bocagères et bassins d’ornement.

Brochures
Techniciens inventaires jussie

Dans le cadre de sa mission de veille et d’évaluation des invasions biologiques végétales, le Parc naturel régional de Brière recrute deux personnes. Cet appui vise à renforcer la coordination et l’appui aux démarches partenariales de lutte et d’amplifier le nombre d’actions portées par le Parc, notamment dans le domaine de l’innovation du suivi, de la gestion et de la lutte contre la Jussie.

Offre d'emploi
Saisonniers d'accueil à la Réserve Naturelle Régionale Marais de Brière

Le Parc naturel régional de Brière recherche des saisonniers d'accueil à la Réserve Naturelle Régionale Marais de Brière pour les périodes des vacances d'avril, d'été et les week-end de mai, juin, septembre.

Saisonniers d'accueil pour le site de Fédrun

Le Parc naturel régional de Brière recherche plusieurs saisonniers pour l'accueil des visiteurs à la Chaumière Briéronne et à la Maison de la Mariée. Postes à pourvoir pendant les vacances d'avril, d'été et d'automne ainsi que les week-end de mai, juin et septembre.

Les rendez-vous du Parc de mars à juin 2018

Programme d'animations sur l'ensemble des sites du Parc naturel régional de Brière : Village de Chaumières de Kerhinet (Saint-Lyphard) - Ile de Fédrun ( Saint-Joachim) - Pôle nature/Réserve naturelle régionale des Marais de Brière ( Saint-Malo-de-Guersac)

Information - document officiel Lire