/ Modele 1

Modele 1

UN PATRIMOINE DE CHAUMIÈRES À PRÉSERVER

Témoins d’un habitat traditionnel typique du 17ème siècle et étroitement lié aux activités agraires et aux territoires de marais, les villages de chaumières constituent, de par leur architecture simple et typique, des ensembles bâtis singuliers des paysages du Parc naturel régional de Brière.

Les sites remarquables pour découvrir les chaumières : le village de Kerhinet à Saint-Lyphard, entièrement restauré par le Parc naturel régional de Brière au début des années 1970, le village de Bréca à Saint-Lyphard, Mayun à la Chapelle-des-Marais, l’île de Fédrun à Saint-Joachim…

Avec plus de 3500 couvertures en chaume, la Brière est unique en France.

Village de Bréca à Saint-Lyphard

Le territoire abrite à la fois :

  • des chaumières traditionnelles (antérieures aux années 1940) dont les modes constructifs sont encore révélateurs d’implantations en lien avec les modes de vie collectifs et d’emploi de matériaux locaux : terre, pierres, chênes et châtaigniers, roseau.
  • des chaumières récentes (postérieures aux années 1940) utilisant des matériaux contemporains et dont le fonctionnement thermique et hygrométrique sont radicalement différents.

Schéma des fonctionnements thermiques selon les périodes et matériaux de construction

Schéma des fonctionnements thermiques selon les périodes et matériaux de construction

 

LE CHAUME, UNE RESSOURCE MILLENAIRE

La couverture en chaume est très ancienne. Composée de brins végétaux directement posées sur une charpente simple et légère, elle était de tous temps réalisée par les habitants eux-mêmes.

Aujourd’hui, la pose du chaume se fait par des artisans chaumiers selon deux méthodes qui se valent en durabilité. La technique dite verticale ou dites « à la poignée »s’effectue par un seul chaumier qui procède par passées verticales. La technique à l’horizontale ou dite « à la barre » peut être réalisée par une équipe ou un chaumier seul qui procède à des passées horizontales. Bien que sa durée de vie soit estimée à 30 ans, la couverture en chaume ne demeure pas moins vivante car faite de végétaux soumis aux intempéries et à diverses dégradations (mousses, lichens, champignons et oiseaux…).C’est pourquoi la surveillance de son évolution et son entretien sont importants.Le matériau utilisé aujourd’hui est le roseau, Phragmites australis, issu des roselières briéronnes, camarguaises ou d’autres pays européens. Mais d’autres végétaux récoltés localement ont précédé le roseau : le seigle, le jonc jusqu’au 19ème voire 20ème siècle. Il est encore possible de trouver cette succession de couches végétales sur d’anciennes toitures.

Aucun Résultat

La présence de mousses et champignons est souvent signe d’une humidité optimale pour leur développement (manque de ventilation en sous-face, infiltrations…). La présence de certains champignons et cyanobactéries peut entrainer des désordres importants nécessitant la réfection totale de la toiture si aucune intervention n’est réalisée à temps.

En cas d’apparition de mousses, de champignons ou de toutes dégradations, il est conseillé de demander l’avis à un chaumier pour en diagnostiquer la cause et envisager une éventuelle intervention.

En savoir plus sur les actions menées par le Parc


Si vous êtes propriétaire d’une chaumière nous vous invitons à participer en 2017 à une étude sur l’ensemble du Parc pour connaître les mécanismes de développement des champignons et cyanobactéries sur les toitures en chaume.

QUEL AVENIR POUR LES CHAUMIERES ?

Le village de Kerhinet en 1972


Une partie du patrimoine de chaumières a pu être conservée et renouvelée grâce à l’action conjuguée du Parc naturel régional de Brière, des élus locaux, régionaux et communaux qui ont soutenu financièrement la restauration d’un grand nombre de chaumières.

Au total depuis 1970 à 2006, plus de 1 600 bénéficiaires ont été aidés pour la pose, restauration ou rénovation de couvertures en. Ces subventions ont soutenu principalement des chaumières existantes (78%), et des résidences principales, ainsi que des annexes (loges, anciennes granges et écuries…) qui font partie intégrante du paysage.
Les impacts de cette politique globale ont été bénéfiques car le territoire a redécouvert son patrimoine et les savoir-faire des chaumiers. Ainsi, les ensembles de chaumières constituent des lieux de visites incontournables du territoire du Parc, et notamment le village de Kerhinet qui compte en 2015 près de 300 000 visiteurs par an.

 

En outre, l’activité économique locale a été relancée et 12 entreprises de couvreurs chaumiers installées sur le territoire ou à proximité interviennent.

Toutefois la conservation du patrimoine de chaumière, des savoir-faire et le maintien de la filière économique restent fragile en raison de :
– L’absence d’aides pour l’emploi du chaume plus coûteux que l’ardoise,
– L’absence de formation spécifique au métier de chaumier
– Des dégradations du chaume par des champignons et cyanobactéries

269 Résultats
Appel à Manifestation : Rendez-vous du Parc

Vous souhaitez proposer des Ateliers, balades, Formations, contes, stages démonstrations de savoir-faire, spectacles, conférences…… l'appel à manifestation est fait pour vous!

Consultation
Coup d'oeil sur 2014

Retrospective sur quelques actions menées par le Parc naturel régional de Brière

Coup d'oeil sur 2016

Coup d'oeil sur les actions 2016 portée par le Parc naturel régional de Brière

Intégration de la Trame verte et Bleue

Ce document, destiné aux élus et techniciens, est un recueil des retours d’expériences présentés lors d’ateliers relatifs à la Trame Verte et Bleue (TVB) dans les documents d’urbanisme réalisés en 2013 dans le cadre du contrat Nature « Grands Tritons ». Il rappelle les concepts et termes utilisés et donne des conseils et recommandations pour préparer la commande de l’étude TVB (CCTP) et son identification. Il présente différentes approches et identifications de la TVB, et des représentations graphiques diverses. Il donne des pistes de traduction dans les documents d’urbanisme, ainsi que des exemples opérationnels de préservation et de remise en état des continuités écologiques.

Administratif
Marais du Brivet et de Brière

Restaurer sans dénaturer . Les marais sont, en règle générale, des milieux de transition voués à l’atterrissement (comblement et assèchement) progressif. Sans entretien du système hydraulique, ces zones humides se comblent et s’assèchent sous l’effet conjugué du développement de la végétation et de la sédimentation. ce guide apporte des conseils et préconisations techniques pour rendre cohérentes les activités nécessaires de restauration des marais du Brivet et la préservation de ses richesses écologiques. Il s’adresse à toutes les personnes impliquées dans les travaux et la restauration des marais : opérateurs de terrain, concepteurs, maîtres d’oeuvres, maîtres d’ouvrages, usagers…

Les éditions du Parc
Choisir les arbres et arbustes pour nos paysages de Brière

Outre sa situation géographique au coeur de la presqu'île Guérandaise et la valeur écologique des milieux qui le compose, l'un des atouts majeurs du Parc naturel régional de Brière est la diversité de ses paysages.

Les éditions du Parc
Poissons des marais Brièrons

Les marais de Brière recèlent une profusion de vies sauvages. Notre patrimoine naturel est exceptionnel tant par la diversité des êtres qui le compose que par leur particularités. Alors même que tout un pan de la culture briéronne repose sur les poissons et leur pêche, longtemps l’expertise scientifique ne s’est que peu intéressée à ce qui se passait sous l’eau. Le présent ouvrage tente de manière pédagogique de retranscrire l’essentiel des acquis et expose un ensemble de mesures à développer en faveur des poissons et d’une pêche pérenne.

Les éditions du Parc
Où trouver les produits locaux?

Dans le but de faire connaitre la richesse de nos produits locaux, retrouvez les agriculteurs et petits artisans présents sur le territoire "Presqu'île, Brière, Estuaires" et engagés dans la vente directe dans ce catalogue.

Où observer les oiseaux?

8 parcours détaillés de la Brière à l’océan, un 9ème parcours est, quant à lui, dédié à des points d’observation intéressants sur le littoral.

Les éditions du Parc
Où observer les oiseaux à la RNR?

Parcours découverte à la Réserve naturelle régionale Marais de Brière.

Les éditions du Parc
La lettre du Centre de ressources

Qualité de l’air, changement climatique, Faune, Agriculture, jardinage, construction, bâti, Espèces exotiques envahissantes, des nouveautés à découvrir dans le centre de doc

La lettre du centre de doc
Journal du Parc n°26

Vivre le Parc, des marais à l'océan, une nouvelle édition du Parc naturel régional de Brière

Journal du parc
Journal du Parc n°24

2015 Enjeu - Mangeons local ! Une dynamique collective et partagée Découverte - Assérac et ses manoirs

Journal du parc
Journal du Parc n°23

2014 Enjeu - Le Parc naturel régional de Brière : un territoire façonné par les zones humides Actualités - Jussie, agir ensemble pour lutter contre ce fléau - Une chaufferie au bois à Kerhinet - La Réserve naturelle régionale - Marais de Brière inaugurée

Journal du parc