La faune piscicole évaluée

Les marais abritent une faune piscicole remarquable où se mêlent espèces sédentaires, migratrices, natives et exotiques. Le Parc naturel régional de Brière s’engage, avec l’appui des scientifiques et des partenaires locaux , à mieux conserver ce patrimoine naturel.

Vingt espèces identifiées

 

Une vingtaine d’espèces de poissons sont identifiées dans les eaux du Parc, dont certaines remarquables (Anguille, Brochet, Bouvière, lamproie de Planer) et menacées.
La plus value que le Parc naturel régional de Brière apporte sur le territoire est de mobiliser la recherche scientifique pour transmettre une juste information sur la situation des populations et sur l’efficacité des mesures de gestion engagées. Cette connaissance étaie les avis qui lui sont sollicités lors de projets d’aménagement du territoire.

Pour mettre tout le monde autour de la table, le syndicat mixte anime le Groupe de travail « ressource piscicoles de Brière ». Ce dernier rassemble associations de pêcheurs, syndicats de marais, services de la police de l’eau et scientifiques afin d’échanger pour préserver le patrimoine piscicole.
Cette approche scientifique et collaborative est reconnue, de plus, elle soutient le Président de la commission biodiversité du syndicat mixte du Parc, dans sa participation au CoOmité de GEstion des POissons MIgrateurs (COGEPOMI) du Bassin de la Loire et des côtiers vendéens.
Colonne vertébrale du dispositif, le suivi « faune piscicole des marais de Brière et du Brivet» est réalisé en collaboration avec le Laboratoire Ecobio de l’Université de Rennes 1.
Chaque été, depuis 2004, 10 stations sont inventoriées avec la méthode de la pêche à l’électricité. Ce travail de fond, permet à tous d’apprécier la situation de chaque espèce ainsi que l’efficacité des mesures de gestion. Cette implication, qui profite à tous, est portée à connaissance à travers des conférences et des publications consultables sur le site ou au centre de documentation Augustin Vince.