Etals et fermes locales

Le maintien d’un seuil minimum d’exploitations et d’actifs agricoles est un enjeu crucial pour la gestion de l’espace, mais également pour la préservation d’un tissu social sur le Parc. Le maintien de la diversité et du nombre d’exploitations agricoles sur le territoire
amène à croiser ce projet avec les différents piliers du développement durable :
économiques (renforcement des filières existantes, soutien économique avec les MAEC), environnementaux (MAE, développement de l’agriculture biologique), sociaux (concertation, valorisation de l’agriculture locale auprès du grand public);

la valorisation des ressources locales contribue à une territorialisation de l’économie et à la création d’emplois locaux, elle peut également participer à la gestion environnementale du territoire et à la pérennisation des espaces naturels et agricoles.
les signataires de la charte participent au confortement des filières existantes notamment en renforçant
les liens entre les acteurs des filières et les habitants du territoire, pour un meilleur ancrage territorial.