Inventaire des couvertures en chaume

Pendant plusieurs mois, Sacha Kadisch, étudiant en fin d’études d’urbanisme, a arpenté la Brière en long, en large et en travers pour recenser toutes les chaumières. Un travail de fourmi bien utile pour la suite !

« Le précédent inventaire réalisé par le Parc datait de 1997 et, pour bâtir notre plan d’action sur le chaume, il était important de connaître exactement le nombre de chaumières et il nous fallait des données récentes sur l’état des toitures », explique Anne Brasselet, chargée de mission préservation et valorisation du patrimoine des chaumières et de sa filière économique.

« Je me suis appuyé sur cet inventaire réalisé par le Parc et complété au fur et à mesure, parfois avec quelques imprécisions, et je l’ai combiné à d’autres sources », poursuit Sacha Kadisch. Il cite notamment un inventaire établi par des propriétaires de chaumières grâce à l’outil GoogleMaps, un autre réalisé récemment par la Carène, ainsi que plusieurs inventaires communaux : Herbignac pour la sécurité-incendie et Saint-André-des-Eaux pour son PLU. « Avec les différents acteurs de la filière — architectes, élus, chaumiers et propriétaires de chaumières —, nous nous sommes mis d’accord sur la définition des toits en chaume retenus, ainsi que sur les indicateurs que nous voulions relever. Nous avons gardé l’idée de répertorier tous les bâtis présentant du chaume, qu’ils soient traditionnels, remaniés ou contemporains »

2225 chaumières

Équipé d’une tablette et d’un appareil photo, Sacha a ensuite sillonné pendant plusieurs mois les 21 communes du Parc, à l’affût de chaque toit de chaume. « Je regardais l’état du bâtiment, les matériaux utilisés, les éventuelles traces de champignons ou de mousse. J’avais une centaine de lignes d’indicateurs à remplir à chaque fois pour avoir les données les plus précises possible. Globalement, j’ai reçu un accueil très positif de la part des habitants qui me racontaient l’histoire de leur maison », témoigne Sacha. Le jeune homme a ainsi pu comptabiliser 2225 chaumières, un chiffre cohérent avec ce qui était attendu. Et son estimation du nombre de couvertures atteintes par des dégradations prématurées se monte à au moins 20 %. 

Des données riches pour la filière

La restitution de cet inventaire prendra la forme de cartographies, avec une base de données complétée par des photos prises sur le terrain. L’ensemble des données collectées servira à tous les acteurs de la filière, au Parc bien évidemment, mais aussi aux collectivités et aux chaumiers. Il sera précieux pour évaluer l’évolution du marché en Brière, les éventuelles formations ou embauches à prévoir, anticiper l’approvisionnement en chaume, prévoir l’élimination des déchets issus des déposes de toitures, etc. « Cela servira également à alimenter nos réflexions sur l’identité architecturale briéronne et sur l’avenir à donner à ces couvertures », conclut Anne Brasselet.

Appropriez-vous :

  • Les données cartographiques (couches SIG) : 
  • Les données collectées de l’inventaire 2020 (sauf adresses, noms, photos) : 
    Inventaire chaume 2020 - Données collectées

    Ce fichier contient la quasi-totalité des données collectées lors de l'inventaire 2020 des couvertures en chaume du PnrB, exceptées les données relatives à la localisation ou aux coordonnées des propriétaires. Il inclut la définition des attributs retenus.

    Études, rapports
  • La restitution de l’inventaire 2020 :
    Inventaire des couvertures en chaume 2020

    Restitution du recensement des couvertures en chaume sur le territoire du Parc en 2020 et de la pré-évaluation de leur état, réalisé par Sacha Kadisch, entre mai et novembre 2020.

    Études, rapports
Chaumières de Brière
Témoins d’un habitat traditionnel typique du 17ème siècle, les chaumières constituent des ensembles bâtis singuliers des paysages du Parc naturel régional de Brière.
En savoir plus
Le chaume : toute une histoire
Pour fêter les 50 ans du Parc naturel régional de Brière, une exposition a été réalisée. 10 panneaux retracent l'histoire du chaume en Brière.
En savoir plus
Rendez-vous en terre crue
En 2018, le Parc naturel régional de Brière est devenu partenaire du collectif Terre Crue Presqu’île afin d’encourager et d’accompagner la construction en terre crue dans la presqu’île de Guérande. Ce matériau naturel, utilisé depuis la nuit des temps, possède, en effet, de nombreux avantages !
En savoir plus