La faune du Parc naturel

L’amélioration de la qualité de la nature joue un rôle essentiel pour le maintien de réservoirs de biodiversité qui accueillent des espèces fragiles ou menacées comme des espèces communes mais non moins essentielles.

Situés sur la façade atlantique française, dans le sud de la Bretagne, le Parc naturel régional de Brière est en autre, une vaste ensemble de zones humides attractives pour les espèces d’oiseaux qui transitent, stationnent ou se reproduisent. En France, ce territoire constitue un zone d’extrême importance pour l’hivernage et la reproduction des oiseaux d’eau. Cependant,  bien que l’écosystème du marais soit aujourd’hui largement perturbé ( invasion d’espèces, pollution de l’eau et autres facteurs…) le territoire conserve un potentiel biologique hors du commun, notamment grâce à l’entretien des marais (Mès, indivis et privés)

Avis de recherche... la Crassule de Helms
Introduite en Europe comme plante ornementale, la Crassule de Helms se développe dans les eaux douces et calmes. Elle affectionne particulièrement les milieux qui s’assèchent momentanément. Cette plante a été identifiée dans les marais de Brière à partir de 2015. Elle s’y adapte parfaitement. Elle est également signalée dans des mares bocagères et bassins d’ornement.
En savoir plus
La Barge à queue noire : une espèce menacée
Sur la façade atlantique, le marais Poitevin, le marais Breton et les marais de Brière accueillent l’essentiel de la population française lors de la période de reproduction. A l’échelle de l’Europe, l’urbanisation et la perte d’habitats favorables pour la nidification et l’hivernage des oiseaux, l’intensification agricole et la prédation des nids et poussins sont généralement les causes suspectées du déclin de l’espèce.
En savoir plus
Le Butor étoilé et la Locustelle Luscinioïde, ambassadeurs des roselières
A l’échelle de la France, la Brière accueille probablement la plus grande population de Locustelle luscinioïde et une des principales de Butor étoilé (15% des effectifs nationaux). Ces deux espèces patrimoniales sont en fort déclin en France et en Europe et leur conservation au sein de cette zone humide constitue donc un enjeu de conservation majeur. Toutefois, leur abondance, leur distribution et leur sélection des habitats au sein de cette zone humide restent à préciser et à actualiser.
En savoir plus
Le Phragmite aquatique, petit passereau menacé des zones humides
Les marais de Brière et du Brivet sont reconnus comme une zone humide d’intérêt international pour la conservation des oiseaux d’eau. Pendant la période de migration, la situation géographique privilégiée de cette zone humide sur la grande voie de migration des oiseaux du nord-ouest paléarctique et la grande diversité de milieux qui la compose, sont des atouts majeurs pour accueillir les oiseaux septentrionaux, comme entre autre, le phragmite aquatique, en quête de nourriture et de repos.
En savoir plus
Moustique quand tu nous piques!
Les moustiques sont des insectes diptères présents sur l'ensemble des terres émergées de la planète (à l'exception de l'Antarctique). Toutes les espèces ont un développement larvaire aquatique dans un milieu appelé gite larvaire.
En savoir plus