La Barge à queue noire : une espèce menacée

Sur la façade atlantique, le marais Poitevin, le marais Breton et les marais de Brière accueillent l’essentiel de la population française lors de la période de reproduction. A l’échelle de l’Europe, l’urbanisation et la perte d’habitats favorables pour la nidification et l’hivernage des oiseaux, l’intensification agricole et la prédation des nids et poussins sont généralement les causes suspectées du déclin de l’espèce.

Son écologie 

©D.Pons

Dans une optique de conservation de cette espèce sensible en Brière, le Parc naturel régional de Brière et ses partenaires ont engagé un premier travail d’acquisition de connaissance sur l’espèce pour mieux cerner ses exigences écologiques.

Une première étude menée en 2016

Dans le cadre d’un stage de fin d’étude de Master 1 réalisé par Capucine Lebrun, l’étude a permis de circonscrire les principaux secteurs de reproduction de l’espèce et de tester l’influence de différents paramètres paysagers (environnementaux, anthropiques…) sur la distribution des couples nicheurs.
Ainsi, il semble que l’espèce favorise des prairies hygrophiles de basse altitude éloignées des zones urbanisées.
Les couples nicheurs sont plutôt localisés dans des prairies en pâturage extensif.

Puis une deuxième étude en 2017

Dans la continuité de cette première phase, une réflexion plus approfondie est conduite par le Parc dans le cadre d’un stage de M2 réalisé par Alice Petit.

Cette deuxième phase a eu comme objectif de :
– Suivre la répartition des couples nicheurs en 2017 et renforcer les analyses de distribution de la population en 2016
– Caractériser l’habitat de reproduction de l’espèce en prairie hygrophile (structure de végétation, conditions d’humidité sur les prairies…)
– Préciser l’influence des modalités de gestion agricole sur la distribution de l’espèce et renforcer le lien gestion agricole/maintien de l’habitat de reproduction. Pour cela, des prospections visant à dénombrer et localiser les couples nicheurs ont donc été entreprises entre avril et mai. Des relevés de paramètres biologiques de terrain sur les prairies humides de la zone d’étude tels que la hauteur d’eau et la hauteur du couvert végétal ont été effectués en mai. A cela s’est ajouté un temps d’échanges avec les exploitants agricoles afin de connaître les pratiques qui génèrent les habitats considérés comme favorables à la nidification de l’espèce et favorisent sa présence.
Les analyses ont permis de déterminer les principaux facteurs qui, à l’échelle de la prairie, influencent la répartition des couples. Elles ont montré que les modalités de pâturage étaient déterminantes dans le maintien de l’habitat favorisé par l’espèce, les barges appréciant un couvert bas et moyennement dense. D’autres facteurs jouent dans la répartition des couples au sein des prairies, tels que la proximité à l’eau.

EN ACTION

Le syndicat mixte du Parc élabore en 2017 un document de référence et d’aide à la décision pour mieux signaler les sites et activités sur le...
Charte de l’affichage local et de la signalétique
L'anguille est considérée aujourd'hui en danger critique d'extinction. L'Union européenne, puis ses Etats membres dont la France, sont engagés dan un plan de...
Anguillement votre!
Difficile de savoir ce qui se passe sous l'eau. Afin de répondre aux questions de ceux qui s’intéressent à la préservation ce patrimoine naturel, le syndicat...
Une recherche sous haute tension
Les marais de Brière et du Brivet font partie du réseau européen Natura 2000 au titre de la directive oiseaux et de la directive habitat. En tant que structure animatrice, le...
Restaurer ou conserver des habitats et des espèces
Les marais de Brière et du Brivet font partie du réseau européen Natura 2000 au titre de la directive oiseaux et de la directive habitat. En tant que structure animatrice, le...
Evaluer les impacts pour mieux conserver
Le syndicat mixte du Parc réalise des suivis biologiques et met en œuvre des études scientifiques pour l'acquisition de connaissances sur les espèces et habitats...
1 oiseau, 2 petites fleurs.... et 1000 hypothèses!
La Réserve naturelle régionale des « Marais de Brière » (RNR), composée de 3 entités, participe à la conservation du patrimoine naturel. Le...
La réserve naturelle régionale des Marais de brière
La Parc naturel régional de Brière accompagne les gestionnaires dans leur stratégie d'arrachage mécanique et manuelle de la jussie.
Optimiser l'arrachage de la jussie
Depuis 2014, le Parc naturel régional de Brière est engagé dans une expérimentation d'envoi d'eau depuis l'estuaire de la Loire en période estivale sur un...
Une expérimentation grandeur nature sur l'écosystème Briéron
Le syndicat mixte du Parc intervient quotidiennement pour le suivi de la qualité des eaux de son territoire. Tout en s’appuyant sur un suivi historique, il contribue à...
Suivi de la qualité des eaux
Nos paysages qu’ils soient de mer, d’estuaire ou de marais, forment un ensemble qui au fil de l’eau et au fil du temps inspire les artistes dans leur dimension...
A la renverse - Théâtre d'objets itinérant
La jussie et plus largement les espèces envahissantes peuvent pénaliser les agriculteurs et présentent un risque pour le maintien de l’agriculture sur certains secteurs...
Groupe de développement agricole : une réponse collective par une approche par milieux
Pour la 4ème année consécutive, le Parc naturel régional de Brière a participé au concours général agricole des prairies fleuries qui est un...
Le concours prairies fleuries 2017 en Brière
Le Parc naturel régional de Brière étudie de près la population de mâles chanteurs de Butors étoilés et des passereaux des roselières...
Le Butor étoilé et la locustelle luscinioïde, de concert en Brière
Le Parc naturel régional de Brière mène une étude consacrée à la population reproductrice de la Barge à queue noire en Brière
La Barge à queue noire en Brière
Pour célébrer les naissances de l'année, le Parc naturel régional de Brière et ses communes adhérentes ont le plaisir d'offrir à leurs familles un...
L'opération Un arbre, Une vie
Résidences d’artistes en Brière
Dans les paysages
Dans le cadre du Contrat Territorial Milieux Aquatiques 2011-2015, le Parc naturel, en tant que maître d'ouvrage, réalise des prélèvements d'eau tout au long de...
L'eau de notre territoire à la loupe
Délaissés, oubliés, malmenés...les cours d'eau et canaux de notre territoire ont la vie dure! Pour stopper ce cercle vicieux, une action s'est mise en place depuis...
Aider les propriétaires à entretenir les cours d'eau
Des contrat territoriaux existent pour le bien-être de nos zones humides! CTMA et CRBV sont leurs petits noms. Explications...
Des travaux pour les zones humides grâce à des contrats