La Barge à queue noire : une espèce menacée

Sur la façade atlantique, le marais Poitevin, le marais Breton et les marais de Brière accueillent l’essentiel de la population française lors de la période de reproduction. A l’échelle de l’Europe, l’urbanisation et la perte d’habitats favorables pour la nidification et l’hivernage des oiseaux, l’intensification agricole et la prédation des nids et poussins sont généralement les causes suspectées du déclin de l’espèce.

Son écologie 

©D.Pons

Dans une optique de conservation de cette espèce sensible en Brière, le Parc naturel régional de Brière et ses partenaires ont engagé un premier travail d’acquisition de connaissance sur l’espèce pour mieux cerner ses exigences écologiques.

Une première étude menée en 2016

Dans le cadre d’un stage de fin d’étude de Master 1 réalisé par Capucine Lebrun, l’étude a permis de circonscrire les principaux secteurs de reproduction de l’espèce et de tester l’influence de différents paramètres paysagers (environnementaux, anthropiques…) sur la distribution des couples nicheurs.
Ainsi, il semble que l’espèce favorise des prairies hygrophiles de basse altitude éloignées des zones urbanisées.
Les couples nicheurs sont plutôt localisés dans des prairies en pâturage extensif.

Puis une deuxième étude en 2017

Dans la continuité de cette première phase, une réflexion plus approfondie est conduite par le Parc dans le cadre d’un stage de M2 réalisé par Alice Petit.

Cette deuxième phase a eu comme objectif de :
– Suivre la répartition des couples nicheurs en 2017 et renforcer les analyses de distribution de la population en 2016
– Caractériser l’habitat de reproduction de l’espèce en prairie hygrophile (structure de végétation, conditions d’humidité sur les prairies…)
– Préciser l’influence des modalités de gestion agricole sur la distribution de l’espèce et renforcer le lien gestion agricole/maintien de l’habitat de reproduction. Pour cela, des prospections visant à dénombrer et localiser les couples nicheurs ont donc été entreprises entre avril et mai. Des relevés de paramètres biologiques de terrain sur les prairies humides de la zone d’étude tels que la hauteur d’eau et la hauteur du couvert végétal ont été effectués en mai. A cela s’est ajouté un temps d’échanges avec les exploitants agricoles afin de connaître les pratiques qui génèrent les habitats considérés comme favorables à la nidification de l’espèce et favorisent sa présence.
Les analyses ont permis de déterminer les principaux facteurs qui, à l’échelle de la prairie, influencent la répartition des couples. Elles ont montré que les modalités de pâturage étaient déterminantes dans le maintien de l’habitat favorisé par l’espèce, les barges appréciant un couvert bas et moyennement dense. D’autres facteurs jouent dans la répartition des couples au sein des prairies, tels que la proximité à l’eau.

EN ACTION

Pour célébrer les naissances de l'année, le Parc naturel régional de Brière et ses communes adhérentes ont le plaisir d'offrir à leurs familles un...
2020 - opération Un arbre, Une vie
Pour l'année scolaire 2016-2017, le Parc naturel régional de Brière et l'Education nationale proposent aux enseignants de Pontchâteau et Saint-Malo-de-Guersac, de...
2017- Du vert au bleu, les couleurs du bocage
Nos paysages qu’ils soient de mer, d’estuaire ou de marais, forment un ensemble qui au fil de l’eau et au fil du temps inspire les artistes dans leur dimension...
A la renverse - Théâtre d'objets itinérant
"Imaginons notre territoire dans 30 ans, 100 ans, 1 000 ans.... La Brière sera-t-elle toujours là avec ses marais sauvages, ses bocages, ses bourgs, son patrimoine, ses habitants ?...
Les Légendes du Futur, Ecrire pour Dire
Les établissements scolaires du Parc naturel régional de Brière bénéficient d’une offre de pédagogie à l'environnement de qualité que...
Un projet fédérateur - Quesaco?
Cette fête itinérante se déroule chaque année en septembre
La Fête du Parc
Ateliers de savoir-faire locaux, expositions pédagogiques, balades contées ou naturalistes, stages de découverte et toutes autres idées d’animation …
2019 - Vous êtes porteurs d'un projet d'animation?
Une charte pour plus d'éco-reponsabilité
Ecocharte - Eco responsabilité
Tritons, grenouilles, salamandres, notonectes, larves de libellules ou autres dytiques aiment s’y développer à condition que le milieu dans lequel ils évoluent...
2018 - Les mares, un patrimoine à préserver
Dans le cadre de la convention de partenariat entre le Parc naturel régional de Brière et la Direction Académique de Loire Atlantique, le service Education au Territoire initie...
2017 - Des projets éducatifs au service du territoire
Le Parc naturel régional de Brière et Dastum 44, grâce au soutien de a DRAC des Pays de la Loire, se sont ainsi rapprochés pour faire connaître, valoriser et pour...
Valoriser le patrimoine immatériel