La flore du Parc naturel

L’amélioration de la qualité de la nature joue un rôle essentiel pour le maintien de réservoirs de biodiversité qui accueillent des espèces fragiles ou menacées comme des espèces communes mais non moins essentielles.

La gestion actuelle (curage des canaux, fauche des foins et de la litière, pâturage extensif) a favorisé la diversité paysagère observée dans le Parc naturel régional de Brière et avec sa diversité floristique. A travers ce livret, découvrez quelques espèces d’intérêt patrimonial élevé présentent en Brière.

 

Avis de recherche... la Crassule de Helms
Introduite en Europe comme plante ornementale, la Crassule de Helms se développe dans les eaux douces et calmes. Elle affectionne particulièrement les milieux qui s’assèchent momentanément. Cette plante a été identifiée dans les marais de Brière à partir de 2015. Elle s’y adapte parfaitement. Elle est également signalée dans des mares bocagères et bassins d’ornement.
En savoir plus
L'ail des landes : une plante protégée
L’Ail des landes (Allium ericetorum Thore) est une plante à bulbe protégée connue uniquement en France, Espagne et Portugal. Extrêmement rare sur le Massif armoricain, la plante bénéficie d'un plan de conservation régional.
En savoir plus
Flore et communautés végétales de Brière

La Brière, dans la diversité de ces paysages de marais et de bocage, abrite une biodiversité floristique riche, diversifiée et remarquable. Près de 900 plantes ont été identifiées. 170 espèces possèdent un intérêt patrimonial élevé dont 50 sont protégées et 6 font l'objet d'un plan de conservation ou d'action à l'échelle régionale ou nationale.

Plan d'actions en faveur de la flore remarquable du Parc de Brière

Le territoire du Parc naturel régional de Brière (PnrB) recèle un patrimoine naturel exceptionnel, qui s’exprime notamment à travers l’étendue et la richesse de ses zones humides, que sont les marais de Brière, du Brivet et du Mès. Parmi les enjeux de biodiversité, la flore et les habitats revêtent un intérêt majeur avec plus de 900 taxons identifiés sur le territoire du parc, 170 espèces d’un intérêt patrimonial élevé dont 50 sont protégées et 6 font l’objet d’un plan de conservation ou d’action à l’échelle régionale ou nationale.L’objectif de ce travail consigné dans ce raport est tout d’abord d’affiner notre connaissance sur la répartition, l’écologie et l’état de conservation de 15 plantes remarquables présentes sur le territoire du PnrB et également à proposer pour ces espèces des mesures de gestion adaptées.

Interfacer cet objet avec \NOE\WP\Item NOE\WP\Flore Object
(
    [flore_id] => 60
    [flore_libelle] => Ail des landes
    [flore_nom_latin] => Allium ericetorum
    [flore_slug] => ail-des-landes
    [flore_type] => 110
    [flore_caracteristiques] => /*/5/*//*/6/*/
    [flore_statut] => /*/118/*//*/120/*/
    [flore_saison] => /*/18/*//*/17/*/
    [flore_habitat] => /*/129/*/
    [flore_repartition] => France, Espagne, Portugal
    [flore_repartition_locale] => Herbignac
    [flore_visible_zones] => 
    [flore_text] => L’Ail des landes (Allium ericetorum Thore) est une Amararyllidacée vivace, à bulbe allongé, enveloppé d’une tunique très filamenteuse. La tige est dressée, assez grêle et longue de 30 à 60 cm. Elle porte jusqu’au tiers de sa hauteur des feuilles linéaires, étroites, un peu en gouttières en dessus, striées et arrondies en dessous, un peu glauques, non fistuleuses. Les fleurs sont d’un blanc légèrement jaunâtre, rassemblées en tête serrée globuleuse, non bulbifère et à faible odeur d’ail (douce). Les étamines sont saillantes, à filet simple. L’inflorescence est entourée par une spathe à deux bractées membraneuses égales, ovales, plus courtes que les pédicelles.
Vivace, l’Ail des landes fleurit tardivement d’août à septembre, voire octobre (septembre - octobre dans ses localités armoricaines). La pollinisation est assurée par des insectes (plante entomogame) et la fécondation, croisée, se fait entre individus différents (plante allogame). Le fruit sec s’ouvre spontanément à maturité (capsule déhiscente) et les graines tombent sur place. La multiplication se fait par reproduction sexuée (germination des semences) mais aussi par voie végétative (production de bulbilles).
 
L’Ail des landes est une espèce héliophile, des landes et moliniaies fraiches à humides atlantiques intérieures (non maritimes) et des moliniaies et fourrés associés.
    [flore_visuel] => /wp-content/uploads/flore/ail-des-landes.jpg
    [flore_visuel2] => /wp-content/uploads/flore/ail-des-landes_2.jpg
    [flore_video] => 
    [flore_url] => https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/81369
    [flore_page] => 2506
    [flore_incontournable] => 1
    [flore_published] => 1
    [lang_id] => 1
    [_table:protected] => bri_flore
    [mainfield] => flore_id
    [mainfieldval] => 60
)
Interfacer cet objet avec \NOE\WP\Item NOE\WP\Flore Object
(
    [flore_id] => 64
    [flore_libelle] => Crypsis piquant
    [flore_nom_latin] => Crypsis aculeata 
    [flore_slug] => crypsis-piquant
    [flore_type] => 110
    [flore_caracteristiques] => /*/5/*//*/6/*/
    [flore_statut] => /*/120/*/
    [flore_saison] => /*/18/*//*/17/*/
    [flore_habitat] => /*/126/*//*/127/*/
    [flore_repartition] => Dans une quinzaine de pays européen, Russie méridionale, Asie occidentale et centrale, ainsi que sur le continent africain
    [flore_repartition_locale] => Donges, Montoir-de-Bretagne, RNR Pierre Constant, Marais indivis
    [flore_visible_zones] => /*/139/*//*/138/*//*/137/*/
    [flore_text] => Le Crypsis piquant (Crypsis aculeata (L.) Aiton) est une plante annuelle de la famille des Poacées (Graminées) qui présente de nombreux chaumes, très rameux et couchés en cercle. Les feuilles sont glauques, poilues et piquantes à leur extrémité. L\'inflorescence forme une panicule en forme de corymbe, plus large que longue, d\'une couleur verdâtre. Elle est enveloppée par deux gaines opposées, très dilatées sans limbe différencié et atténuées en une pointe un peu piquante. Les fleurs sont hermaphrodites et munies de deux anthères. Les glumes sont suboptuses et scabres sur la carène, les lemmes et les paléoles sont quant à elles uninervées.
Le Crypsis piquant est une herbe annuelle dont le cycle de vie est très court et s\'étale de juin à octobre (5 mois environ). Le niveau de submersion des stations, lors des crues hivernales, est le facteur qui détermine principalement la chronologie du cycle de vie de l\'espèce. En effet, c\'est après le retrait de l\'eau, à la fin du printemps, que le Crypsis piquant germe pour former sa rosette de feuilles.
Le Crypsis piquant, trouve son optimum écologique en zone humide arrière littorale, pâturée et piétinée soit par le bétail, soit par l\'homme (lors de la pratique de la chasse). C’est une plante pionnière de pleine lumière, thermophile, qui s\'installe dans des milieux à faible concurrence végétale.
Cette espèce bénéficie d’un plan régional de conservation établi par le Conservatoire botanique national de Brest
    [flore_visuel] => /wp-content/uploads/flore/crypsis-piquant.jpg
    [flore_visuel2] => /wp-content/uploads/flore/crypsis-piquant_2.jpg
    [flore_video] => 
    [flore_url] => https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/93454
    [flore_page] => 
    [flore_incontournable] => 1
    [flore_published] => 1
    [lang_id] => 1
    [_table:protected] => bri_flore
    [mainfield] => flore_id
    [mainfieldval] => 64
)
Interfacer cet objet avec \NOE\WP\Item NOE\WP\Flore Object
(
    [flore_id] => 70
    [flore_libelle] => Ophioglosse des Açores 
    [flore_nom_latin] => Ophioglossum azoricum 
    [flore_slug] => ophioglosse-des-acores-
    [flore_type] => 111
    [flore_caracteristiques] => /*/5/*/
    [flore_statut] => /*/117/*//*/120/*/
    [flore_saison] => /*/19/*/
    [flore_habitat] => /*/126/*/
    [flore_repartition] => Europe de l’ouest et orientale et Macaronésie (Açores, Madère et Canaries) 
    [flore_repartition_locale] => Marais indivis de Grande Brière Mottière
    [flore_visible_zones] => /*/139/*//*/138/*/
    [flore_text] => L’Ophioglosse des Açores (Ophioglossum azoricum C.Presl) est une espèce de petite taille, dépassant la surface du sol de 5 à 10 cm. Les feuilles sont généralement associées par deux (parfois trois), possèdent un limbe ovale de plus de 1 cm de large, souvent un peu plié en gouttière. Chaque feuille possède un épi sporifère, dont le pédoncule est individualisé dès le niveau du sol ou presque. L’épi possède au moins une dizaine de paires de sporanges.
L’Ophioglosse des Açores est un Ptéridophyte. Il possède de ce fait un cycle biologique particulier, caractérisé par l’alternance de deux générations distinctes : le sporophyte, qui correspond à la plante feuillée, issu de la fécondation des gamètes sur le prothalle et le gamétophyte, représenté par le prothalle, est issu de la germination d’une spore. C’est est une espèce vivace. Ses feuilles se développent à la fin de l’hiver, la fructification a lieu généralement au printemps, en mai-juin. Après la fructification, la plante flétrit rapidement et disparaît ensuite.
 
L’Ophioglosse des Açores est une espèce des pelouses pionnières oligotrophiles et temporairement humides. Elle croît ainsi presque toujours en milieu oligotrophe au sein de pelouses rases, se développant sur des sols peu profonds et temporairement humides. Le sol est le plus souvent siliceux.
Cette espèce bénéficie d’un plan régional de conservation établi par le Conservatoire botanique national de Brest
    [flore_visuel] => /wp-content/uploads/flore/ophioglosse-des-acores-.jpg
    [flore_visuel2] => /wp-content/uploads/flore/ophioglosse-des-acores-_2.jpg
    [flore_video] => 
    [flore_url] => https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/110306
    [flore_page] => 
    [flore_incontournable] => 1
    [flore_published] => 1
    [lang_id] => 1
    [_table:protected] => bri_flore
    [mainfield] => flore_id
    [mainfieldval] => 70
)
Interfacer cet objet avec \NOE\WP\Item NOE\WP\Flore Object
(
    [flore_id] => 63
    [flore_libelle] => Thorelle
    [flore_nom_latin] => Caropsis verticillato-inundata
    [flore_slug] => thorelle
    [flore_type] => 110
    [flore_caracteristiques] => /*/5/*//*/6/*/
    [flore_statut] => /*/119/*//*/117/*//*/120/*/
    [flore_saison] => /*/18/*//*/17/*/
    [flore_habitat] => /*/126/*//*/127/*/
    [flore_repartition] => De l’ouest de la France à l’ouest du Portugal 
    [flore_repartition_locale] => Bordure ouest du Marais Indivis
    [flore_visible_zones] => /*/139/*//*/138/*/
    [flore_text] => La Thorelle (Caropsis verticillato-inundata (Thore) Rausch.) ou Faux cresson de Thore est une petite Apiacée, mesurant de de 5 à 15 cm (parfois 20 cm) de hauteur. C’est une espèce vivace à rhizome grêle, munie de nombreuses racines adventives. Ses tiges sont couchées ou ascendantes, glabres, creuses, simples ou peu rameuses, parfois très longues (lorsque la plante est longtemps inondée). Les feuilles radicales sont souvent réduites à un long pétiole pourvu à son sommet de quelques folioles courtes et opposées. Les caulinaires moyennes sont longuement pétiolées, pennées à folioles opposées, découpées en 7-20 segments linéaires, paraissant verticillées autour de l’axe. Les caulinaires supérieures sont semblables mais plus petites. L’inflorescence est en ombelle à (3)4-6 rayons filiformes, généralement un peu inégaux. L’involucre est formé de 3 à 5 bractées, persistantes et linéaires, bien plus courtes que les rayons. Les fleurs sont petites, blanches, à sépales distincts. Les pétales sont échancrés, avec une pointe recourbée vers l’intérieur. Les étamines sont au nombre de 5, avec des anthères violettes. Les fruits mesurent 0,2 cm de long, ils sont bruns, ovoïdes et comprimés latéralement avec 5 côtes peu saillantes.
Le Faux-cresson de Thore fleurit entre juillet et septembre suite à l’exondation du milieu, ce facteur conditionnant fortement le développement plus ou moins tardif de la plante. Par ailleurs, la concurrence végétale et l’humidité du substrat influent sur sa reproduction. Dans les milieux ouverts, la plante produit des tiges stolonifères montrant une reproduction végétative et sexuée. En revanche confrontée à une forte concurrence végétale l’espèce favorise une reproduction sexuée. Enfin, les individus longuement submergés peuvent ne pas dépasser le stade végétatif de plantule.
 
Le Faux-cresson de Thore est une espèce pionnière amphibie, des milieux inondés en hiver et restant longtemps humides en été. Elle se rencontre dans les zones humides oligotophes, parfois tourbeuses, sur substrat acide.
    [flore_visuel] => /wp-content/uploads/flore/thorelle.jpg
    [flore_visuel2] => /wp-content/uploads/flore/thorelle_2.jpg
    [flore_video] => 
    [flore_url] => https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/608144
    [flore_page] => 
    [flore_incontournable] => 1
    [flore_published] => 1
    [lang_id] => 1
    [_table:protected] => bri_flore
    [mainfield] => flore_id
    [mainfieldval] => 63
)
Interfacer cet objet avec \NOE\WP\Item NOE\WP\Flore Object
(
    [flore_id] => 46
    [flore_libelle] => Églantier (rosier des chiens)
    [flore_nom_latin] => Rosa canina
    [flore_slug] => eglantier-rosier-des-chiens
    [flore_type] => 110
    [flore_caracteristiques] => /*/5/*/
    [flore_statut] => 
    [flore_saison] => /*/18/*//*/17/*//*/19/*/
    [flore_habitat] => /*/129/*//*/130/*//*/133/*//*/135/*/
    [flore_repartition] => Nationale
    [flore_repartition_locale] => Étendue
    [flore_visible_zones] => /*/139/*//*/138/*/
    [flore_text] => Arbrisseau de 1 à 3 mètres, généralement verdâtre et à rameaux robustes, dressés. Aiguillons forts, crochus ou arqués, dilatés à la base. Feuilles à 5-7 folioles plus ou moins grandes, ovales ou elliptiques, glabres, à dents simples, doubles ou composées-glanduleuses. Stipules et bractées dilatées, allongées. Fleurs roses ou blanches, plus ou moins grandes, solitaires ou en corymbes. Pédicelles lisses, plus rarement hispides-glanduleux à glandes inodores. Sépales appendiculés, réfléchis après la floraison et promptement caducs. Stigmates en tête velue ou glabre. Fruit gros, presque toujours lisse. Varie à feuilles plus ou moins pubescentes (Rosa dumetorum Thuill.). Écologie Région de la plaine et des basses montagnes, dans toute la France et en Corse.

Répartition : Europe, Asie occidentale, Afrique septentrionale.
Hauteur : 1 à 10 m.
Fleur : 4 à 6 cm.
Floraison : mai à juillet.
Altitude : 0 à 1600 m

Sources : canope.ac-besancon / tela-botanica
    [flore_visuel] => /wp-content/uploads/flore/eglantier-rosier-des-chiens.jpg
    [flore_visuel2] => 
    [flore_video] => 
    [flore_url] => https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/118073
    [flore_page] => 
    [flore_incontournable] => 0
    [flore_published] => 1
    [lang_id] => 1
    [_table:protected] => bri_flore
    [mainfield] => flore_id
    [mainfieldval] => 46
)
Interfacer cet objet avec \NOE\WP\Item NOE\WP\Flore Object
(
    [flore_id] => 32
    [flore_libelle] => Érable champêtre (petit érable, acéraille) 
    [flore_nom_latin] => Acer campestre
    [flore_slug] => erable-champetre-petit-erable-aceraille-
    [flore_type] => 110
    [flore_caracteristiques] => /*/5/*/
    [flore_statut] => 
    [flore_saison] => /*/18/*//*/17/*//*/20/*//*/19/*/
    [flore_habitat] => /*/129/*//*/130/*//*/133/*//*/135/*/
    [flore_repartition] => Nationale
    [flore_repartition_locale] => Étendue
    [flore_visible_zones] => /*/139/*//*/138/*//*/137/*/
    [flore_text] => Arbre assez élevé, à écorce crevassée-subéreuse. Feuilles assez petites, un peu fermes, vertes sur les deux faces, pubescentes surtout en dessous, en cœur à la base, à 8 lobes sinués-lobés, obtus ou subaigus, séparés par des sinus profonds, à angles aigus un peu émoussés au sommet. Fleurs d\'un vert jaunâtre, paraissant avec les feuilles, en corymbes rameux, dressés, subsessiles. Pédicelles, sépales et pétales velus. Filets des étamines glabres. Samares pubescentes ou glabres, à coques peu renflées, lisses, à ailes étalées horizontalement, non rétrécies à la base. Écologie Haies, bois, côteaux, dans toute la France.

Répartition : Presque toute l\'Europe ; Asie occidentale ; Algérie.
Hauteur : 12 à 15 m.
Feuille : 4 à 8 cm (sans le pétiole).
Floraison : avril-mai.
Altitude : 0 à 1000 m.

Source : canope.ac-besancon / tela-botanica
    [flore_visuel] => /wp-content/uploads/flore/erable-champetre-petit-erable-aceraille-.jpg
    [flore_visuel2] => 
    [flore_video] => 
    [flore_url] => https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/79734
    [flore_page] => 
    [flore_incontournable] => 0
    [flore_published] => 1
    [lang_id] => 1
    [_table:protected] => bri_flore
    [mainfield] => flore_id
    [mainfieldval] => 32
)
Interfacer cet objet avec \NOE\WP\Item NOE\WP\Flore Object
(
    [flore_id] => 13
    [flore_libelle] => Ailante glanduleux
    [flore_nom_latin] => Ailanthus altissima
    [flore_slug] => ailante-glanduleux
    [flore_type] => 110
    [flore_caracteristiques] => /*/59/*//*/7/*/
    [flore_statut] => 
    [flore_saison] => /*/18/*//*/17/*//*/20/*//*/19/*/
    [flore_habitat] => /*/129/*/
    [flore_repartition] => Nationale
    [flore_repartition_locale] => 
    [flore_visible_zones] => /*/139/*//*/138/*//*/137/*/
    [flore_text] => Feuilles vert foncé (à odeur désagréable au froissement) atteignant 50 cm de long, alternes, divisées en 6 à 12 paires de folioles lancéolées de 7 à 12 cm, entières, munies de 1 à 4 dents se terminant par une glande noire.
Petites fleurs jaune-verdâtre regroupées en inflorescences terminales de 10 à 20 cm de long.
Samares torsadées de 3 à 4 cm contenant des graines en leur milieu.
Système racinaire mixte constitué d’une racine pivotante et de racines superficielles d’où naissent des drageons.

ATTENTION: Confusion possible avec le Sumac de Virginie (Rhus typhina) aux feuilles sans odeur désagréable au froissement et ne dépassant pas quelques mètres de haut.
    [flore_visuel] => /wp-content/uploads/flore/ailante-glanduleux.jpg
    [flore_visuel2] => /wp-content/uploads/flore/ailante-glanduleux_2.jpg
    [flore_video] => 
    [flore_url] => https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/80824
    [flore_page] => 
    [flore_incontournable] => 0
    [flore_published] => 1
    [lang_id] => 1
    [_table:protected] => bri_flore
    [mainfield] => flore_id
    [mainfieldval] => 13
)
Interfacer cet objet avec \NOE\WP\Item NOE\WP\Flore Object
(
    [flore_id] => 42
    [flore_libelle] => Ajonc d\'europe
    [flore_nom_latin] => Ulex europaeus
    [flore_slug] => ajonc-deurope
    [flore_type] => 110
    [flore_caracteristiques] => /*/5/*/
    [flore_statut] => 
    [flore_saison] => /*/18/*//*/17/*//*/20/*//*/19/*/
    [flore_habitat] => /*/129/*//*/130/*//*/131/*//*/133/*//*/135/*//*/134/*/
    [flore_repartition] => Nationale
    [flore_repartition_locale] => Étendue
    [flore_visible_zones] => /*/139/*//*/138/*/
    [flore_text] => Arbrisseau de 1 à 2 mètres, d\'un vert cendré, très rameux, dressé, à rameaux épais, velus, à épines robustes, très vulnérantes. Feuilles lancéolées-linéaires. Fleurs grandes, de 15 mm environ. Bractéoles calicinales courtement ovales, plus larges que le pédicelle. Calice très velu, à poils étalés-dressés. Corolle d\'un jaune vif, à étendard non veiné. Ailes dépassant un peu le sommet de la carène droite. Gousse ovale, large de 6-7 mm très velue, plus longue que le calice, à 4-6 graines échancrées. Écologie Landes et lieux stériles siliceux, surtout dans l\'Ouest et le Centre ; rare dans le Midi.

Répartition : Europe occidentale, du Danemark au Portugal, jusqu\'à la
Suisse et l\'Italie
Hauteur : 1 à 4 m.
Fleur : 12 à 16 mm.
Floraison : février à octobre.
Altitude : 0 à 1100 m.

Sources : canope.ac-besancon / tela-botanica
    [flore_visuel] => /wp-content/uploads/flore/ajonc-deurope.jpg
    [flore_visuel2] => 
    [flore_video] => 
    [flore_url] => https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/128114
    [flore_page] => 
    [flore_incontournable] => 0
    [flore_published] => 1
    [lang_id] => 1
    [_table:protected] => bri_flore
    [mainfield] => flore_id
    [mainfieldval] => 42
)
Interfacer cet objet avec \NOE\WP\Item NOE\WP\Flore Object
(
    [flore_id] => 24
    [flore_libelle] => Alisier torminal
    [flore_nom_latin] => Sorbus torminalis
    [flore_slug] => alisier-torminal
    [flore_type] => 110
    [flore_caracteristiques] => /*/5/*/
    [flore_statut] => 
    [flore_saison] => /*/18/*//*/17/*//*/20/*//*/19/*/
    [flore_habitat] => /*/130/*//*/135/*/
    [flore_repartition] => Nationale
    [flore_repartition_locale] => 
    [flore_visible_zones] => /*/139/*//*/138/*//*/137/*/
    [flore_text] => C\'est un arbre assez commun à basse altitude un peu partout en France, mais plus rare dans la région méditerranéenne. Il croît dans les bois, les haies et parmi les broussailles. Les feuilles sont découpées en cinq à neuf lobes aigus. Les fleurs sont blanches. Les fruits ovoïdes sont bruns et verruqueux à maturité.

Hauteur : 10 à 20 m.
Fleur : 12 mm.
Floraison : avril-mai.
Altitude : 0 à 800 m.

Arbre assez élevé, à bourgeons glabrescents.
Feuilles vertes et glabres sur les 2 faces, largement ovales, tronquées en coeur à la base, profondément pennatilobées, à 5-9 lobes acuminés, les inférieurs plus profonds et étalés, à 3-5 paires de nervures secondaires assez saillantes
- pétioles égalant la moitié du limbe
- 2 styles, soudés inférieurement, glabres
Hérissé d\'aspérités ou de tubercules semblables à de petites verrues : capsule de plusieurs Euphorbes., brun, acerbe puis acidulé à la maturité.
Écologie Bois des plaines et des basses montagnes, dans presque toute la France ;
Répartition Europe, surtout centrale; Asie occidentale ; Algérie.
Fructification septembre-octobre
Usages Les fruits, alises, sont mangés par les enfants et les oiseaux ; ils fournissent une liqueur alcoolique estimée.

Sources : tela-botanica.org, canope.ac-besancon.fr
    [flore_visuel] => /wp-content/uploads/flore/alisier-torminal.jpg
    [flore_visuel2] => 
    [flore_video] => 
    [flore_url] => https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/124346
    [flore_page] => 
    [flore_incontournable] => 0
    [flore_published] => 1
    [lang_id] => 1
    [_table:protected] => bri_flore
    [mainfield] => flore_id
    [mainfieldval] => 24
)
Interfacer cet objet avec \NOE\WP\Item NOE\WP\Flore Object
(
    [flore_id] => 14
    [flore_libelle] => Ambroisie à feuille d\'armoise
    [flore_nom_latin] => Ambrosia artemisiifolia
    [flore_slug] => ambroisie-a-feuille-darmoise
    [flore_type] => 110
    [flore_caracteristiques] => /*/59/*//*/7/*/
    [flore_statut] => 
    [flore_saison] => /*/18/*//*/17/*//*/19/*/
    [flore_habitat] => /*/129/*/
    [flore_repartition] => Nationale
    [flore_repartition_locale] => 
    [flore_visible_zones] => /*/139/*//*/138/*/
    [flore_text] => Les feuilles sont opposées à la base puis alternes en se rapprochant du haut des tiges et ramifications. Elles sont de forme triangulaire, minces, très découpées et de même couleur sur chaque face.
L’inflorescence forme un épi au sommet de la plante constitué de nombreuses fleurs mâles vert pâle regroupées en petits capitules. Les fleurs femelles sont très discrètes et localisées à l’aisselle des feuilles.
La racine est à pivot, opposant de la résistance à l\'arrachage.
Très nombreuses et très petites graines.

ATTENTION: Peut se confondre avec l’armoise commune (Artemisia vulgaris) mais les feuilles de celle-ci sont moins divisées et la face inférieure est blanc argenté et duveteuse.
    [flore_visuel] => /wp-content/uploads/flore/ambroisie-a-feuille-darmoise.jpg
    [flore_visuel2] => /wp-content/uploads/flore/ambroisie-a-feuille-darmoise_2.jpg
    [flore_video] => 
    [flore_url] => https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/82080
    [flore_page] => 
    [flore_incontournable] => 0
    [flore_published] => 1
    [lang_id] => 1
    [_table:protected] => bri_flore
    [mainfield] => flore_id
    [mainfieldval] => 14
)
Interfacer cet objet avec \NOE\WP\Item NOE\WP\Flore Object
(
    [flore_id] => 15
    [flore_libelle] => Aster écailleux
    [flore_nom_latin] => Aster squamatus
    [flore_slug] => aster-ecailleux
    [flore_type] => 110
    [flore_caracteristiques] => /*/59/*//*/7/*/
    [flore_statut] => 
    [flore_saison] => /*/18/*//*/17/*//*/19/*/
    [flore_habitat] => /*/129/*/
    [flore_repartition] => Nationale
    [flore_repartition_locale] => 
    [flore_visible_zones] => /*/139/*//*/138/*//*/137/*/
    [flore_text] => Tige dressée, glabre très ramifiée à la floraison. Feuilles de la base étroitement lancéolées. Feuilles intermédiaires linéaires, un peu charnues.
Fleurs ligulées formant de petits capitules blancs de moins de 1 cm de diamètre.
Appareil racinaire peu développé. Racine pivotante
Les minuscules fruits secs (akènes) surmontés d’une corolle de cils, sont dispersés par le vent sur de grandes distances.

ATTENTION: Peut être confondue avec Chondrilla juncea aux fleurs composées jaunes mais qui vit dans les milieux sableux très secs.
    [flore_visuel] => /wp-content/uploads/flore/aster-ecailleux.jpg
    [flore_visuel2] => /wp-content/uploads/flore/aster-ecailleux_2.jpg
    [flore_video] => 
    [flore_url] => https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/613615
    [flore_page] => 
    [flore_incontournable] => 0
    [flore_published] => 1
    [lang_id] => 1
    [_table:protected] => bri_flore
    [mainfield] => flore_id
    [mainfieldval] => 15
)
Interfacer cet objet avec \NOE\WP\Item NOE\WP\Flore Object
(
    [flore_id] => 43
    [flore_libelle] => Aubépine
    [flore_nom_latin] => Crataegus monogyna
    [flore_slug] => aubepine
    [flore_type] => 110
    [flore_caracteristiques] => /*/5/*/
    [flore_statut] => 
    [flore_saison] => /*/18/*//*/17/*//*/20/*//*/19/*/
    [flore_habitat] => /*/129/*//*/130/*//*/133/*//*/135/*/
    [flore_repartition] => Nationale
    [flore_repartition_locale] => Étendue
    [flore_visible_zones] => /*/139/*//*/138/*/
    [flore_text] => Arbrisseau très épineux de 2-4 mètres. Feuilles d\'un vert clair, largement ovales, en coin à la base, dentées au sommet,
pennatipartites, à 3-7 lobes profonds, écartés, entiers, dentés ou sublobés, à nervures secondaires inférieures courbées en dehors. Jeunes rameaux souvent pubescents. Fleurs blanches ou rosées, en corymbes, à odeur agréable. Calice à dents lancéolées ou triangulaires. 1 seul style. Fruit petit, du volume d\'un pois, à saveur très fade, renfermant 1 seul noyau.Écologie Haies et bois, dans toute la France et en Corse.

Répartition : Presque toute l\'Europe ; Asie occidentale jusqu\'à
l\'Inde ; Afrique septentrionale.
Hauteur : 4 à 10 m.
Fleur : 15 mm.
Floraison : mai-juin.
Altitude : 0 à 1600 m

Sources : canope.ac-besancon / tela-botanica
    [flore_visuel] => /wp-content/uploads/flore/aubepine.jpg
    [flore_visuel2] => 
    [flore_video] => 
    [flore_url] => https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/92876
    [flore_page] => 
    [flore_incontournable] => 0
    [flore_published] => 1
    [lang_id] => 1
    [_table:protected] => bri_flore
    [mainfield] => flore_id
    [mainfieldval] => 43
)
Interfacer cet objet avec \NOE\WP\Item NOE\WP\Flore Object
(
    [flore_id] => 25
    [flore_libelle] => Aulne glutineux
    [flore_nom_latin] => Alnus glutinosa
    [flore_slug] => aulne-glutineux
    [flore_type] => 110
    [flore_caracteristiques] => /*/5/*/
    [flore_statut] => 
    [flore_saison] => /*/18/*//*/17/*//*/20/*//*/19/*/
    [flore_habitat] => /*/130/*//*/134/*//*/126/*/
    [flore_repartition] => Nationale
    [flore_repartition_locale] => Étendue
    [flore_visible_zones] => /*/139/*//*/138/*/
    [flore_text] => Arbre assez élevé, à écorce brunâtre crevassée. Jeunes rameaux glabres. Bourgeons glabres, renflés, obtus. feuilles glutineuses, pétiolées, suborbiculaires ou obovales en coin, tronquées ou échancrées, irrégulièrement sinuées-dentées, vertes et glabres sur les faces, sauf les aisselles des nervures poilues, à 6-9 paires de nervures secondaires. Se rapprochant de la forme ovale : feuilles du Buis., assez petites, pédoncules. Fruit presque pentagonal, à aile coriace, plus étroite que la graine. Varie, en Corse, à feuilles obtuses régulièrement denticulées (A. elliptica Req.).
Écologie Bois humides, bords des eaux, dans toute la France et en Corse.

Répartition : Europe ; Asie tempérée ; Afrique septentrionale.
Floraison : février-avril
Fructification : septembre-octobre

Sources : tela-botanica.org, canope.ac-besancon.fr
    [flore_visuel] => /wp-content/uploads/flore/aulne-glutineux.jpg
    [flore_visuel2] => 
    [flore_video] => 
    [flore_url] => https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/81569
    [flore_page] => 
    [flore_incontournable] => 0
    [flore_published] => 1
    [lang_id] => 1
    [_table:protected] => bri_flore
    [mainfield] => flore_id
    [mainfieldval] => 25
)
Interfacer cet objet avec \NOE\WP\Item NOE\WP\Flore Object
(
    [flore_id] => 4
    [flore_libelle] => Azolle fausse fougère
    [flore_nom_latin] => Azolla filiculoïdes
    [flore_slug] => azolle-fausse-fougere
    [flore_type] => 111
    [flore_caracteristiques] => /*/59/*//*/7/*/
    [flore_statut] => 
    [flore_saison] => /*/18/*//*/17/*//*/19/*/
    [flore_habitat] => /*/132/*//*/126/*/
    [flore_repartition] => Nationale
    [flore_repartition_locale] => Étendue
    [flore_visible_zones] => /*/139/*//*/138/*/
    [flore_text] => Une des rares fougères aquatiques. cette petite plante flottante (de l’ordre du centimètre) est ramifiée. Ses feuilles sont imbriquées les unes dans les autres comme des écailles; vertes en début de développement, elles rougissent quand les plantes sont matures.
Sa propagation se déroule essentiellement par fragmentation. La plante peut doubler son poids en 3 à 5 jours.
Absence de fleur. Reproduction à l’aide de spores mâles et femelles présents sur un même individu. La fécondation est aquatique.
Système racinaire épars.

ATTENTION:Confusion possible avec les lentilles d’eau avec lesquelles elle peut être en mélange mais les feuilles sont très différentes des frondes des lentilles d\'eau. Proliférations momentanées.
    [flore_visuel] => /wp-content/uploads/flore/azolle-fausse-fougere.jpg
    [flore_visuel2] => 
    [flore_video] => 
    [flore_url] => https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/85469
    [flore_page] => 
    [flore_incontournable] => 0
    [flore_published] => 1
    [lang_id] => 1
    [_table:protected] => bri_flore
    [mainfield] => flore_id
    [mainfieldval] => 4
)
Interfacer cet objet avec \NOE\WP\Item NOE\WP\Flore Object
(
    [flore_id] => 18
    [flore_libelle] => Balsamine de l\'himalaya
    [flore_nom_latin] => Impatiens glandulifera
    [flore_slug] => balsamine-de-lhimalaya
    [flore_type] => 110
    [flore_caracteristiques] => /*/59/*//*/7/*/
    [flore_statut] => 
    [flore_saison] => /*/18/*//*/17/*//*/19/*/
    [flore_habitat] => /*/129/*//*/126/*/
    [flore_repartition] => Nationale
    [flore_repartition_locale] => 
    [flore_visible_zones] => /*/139/*//*/138/*//*/137/*/
    [flore_text] => Feuilles opposées ou verticillées par 3, de 5 à 18 cm de long et 2 à 7 cm de large, glabres, lancéolées, à bords très dentés. Tige glabre à port buissonnant, rougeâtre, creuse à large nœuds renflés. Glandes à la base du limbe.
Grappes lâches de 2 à 14 fleurs odorantes roses, rouges à pourpres, parfois entièrement blanche, comportant 5 pétales inégaux dont le supérieur est très grand et terminés par un court éperon recourbé.
Les graines contenues dans des capsules ( 1,5 à 3 cm) sont expulsées loin de la plante. Dissémination par bouturage des tiges et des racines possible.
Racines de 10 à 15 cm de profondeur, se cassant facilement. Racines adventives possibles surtout sur les premiers nœuds.

ATTENTION:Confusion possible avec d’autres Balsamine comme Impatiens balfouri, beaucoup plus petite, aux fleurs roses et blanches. Espèce potentiellement envahissante et également présente localement.
    [flore_visuel] => /wp-content/uploads/flore/balsamine-de-lhimalaya.jpg
    [flore_visuel2] => /wp-content/uploads/flore/balsamine-de-lhimalaya_2.jpg
    [flore_video] => 
    [flore_url] => https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/103547
    [flore_page] => 
    [flore_incontournable] => 0
    [flore_published] => 1
    [lang_id] => 1
    [_table:protected] => bri_flore
    [mainfield] => flore_id
    [mainfieldval] => 18
)
Interfacer cet objet avec \NOE\WP\Item NOE\WP\Flore Object
(
    [flore_id] => 26
    [flore_libelle] => Bouleau verruqueux
    [flore_nom_latin] => Betula pendula
    [flore_slug] => bouleau-verruqueux
    [flore_type] => 110
    [flore_caracteristiques] => /*/5/*/
    [flore_statut] => 
    [flore_saison] => /*/18/*//*/17/*//*/20/*//*/19/*/
    [flore_habitat] => /*/129/*//*/133/*//*/135/*//*/134/*//*/126/*/
    [flore_repartition] => Nationale
    [flore_repartition_locale] => Étendue
    [flore_visible_zones] => /*/139/*//*/138/*/
    [flore_text] => Arbre de moyenne grandeur, à écorce blanche et papyracée, à bourgeons glabres. jeunes rameaux grêles, flexibles, pendants, glabres, souvent verruqueux et rudes. Feuilles pétiolées, ovales-rhomboïdales ou triangulaires, acuminées, doublement dentées, nervées, glabres. Chatons femelles pédonculés. Support d\'une ou plusieurs fleurs (voir illustration)., à la fin pendants, à écailles trilobées, les lobes latéraux plus grands, arrondis et recourbés en dehors. Fruit elliptique, à aile deux fois plus grande que la graine, égalant ou dépassant les styles. Écologie Bois montagneux, dans une grande partie de la France ; nul dans la région méditerranéenne ; Corse.

Répartition : Europe, surtout centrale ; Asie tempérée.
Hauteur : jusqu\'à 25 m.
Floraison : avril-mai.
Altitude : 0 à 2000 m.

Sources : tela-botanica.org, canope.ac-besancon.fr
    [flore_visuel] => /wp-content/uploads/flore/bouleau-verruqueux.jpg
    [flore_visuel2] => 
    [flore_video] => 
    [flore_url] => https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/85903
    [flore_page] => 
    [flore_incontournable] => 0
    [flore_published] => 1
    [lang_id] => 1
    [_table:protected] => bri_flore
    [mainfield] => flore_id
    [mainfieldval] => 26
)
Interfacer cet objet avec \NOE\WP\Item NOE\WP\Flore Object
(
    [flore_id] => 44
    [flore_libelle] => Bourdaine (nerprun bourdaine)
    [flore_nom_latin] => Frangula alnus
    [flore_slug] => bourdaine-nerprun-bourdaine
    [flore_type] => 110
    [flore_caracteristiques] => /*/5/*/
    [flore_statut] => 
    [flore_saison] => /*/18/*//*/17/*//*/20/*//*/19/*/
    [flore_habitat] => /*/129/*//*/130/*//*/133/*//*/135/*//*/134/*//*/126/*/
    [flore_repartition] => Nationale
    [flore_repartition_locale] => Étendue
    [flore_visible_zones] => /*/139/*//*/138/*//*/137/*/
    [flore_text] => Arbrisseau de 1 à 4 mètres, dressé, à rameaux alternes, non épineux, les jeunes glabrescents. Feuilles caduques, alternes, ovales ou elliptiques, entières ou un peu sinuées, munies de chaque coté de la nervure médiane de 8-12 nervures saillantes, parallèles, presque droites : stipules égalant la moitié du pétiole. Fleurs hermaphrodites. Fleur pourvue d\'étamines et de pistils : la Renoncule et la plupart des plantes vasculaires., verdâtres, en faisceaux peu fournis. Calice à 5 lobes lancéolés, aussi longs que le tube. 5 pétales ovales. Style simple, à stigmate en tête. Écologie Haies et bois, dans presque toute la France.

Répartition : Europe, surtout centrale et boréale ; Asie occidentale
Hauteur : 1 à 5 m.
Fleur : 4 à 5 mm.
Floraison : avril à juillet.
Altitude : 0 à 1000 m.

Sources : canope.ac-besancon / tela-botanica
    [flore_visuel] => /wp-content/uploads/flore/bourdaine-nerprun-bourdaine.jpg
    [flore_visuel2] => 
    [flore_video] => 
    [flore_url] => https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/98887
    [flore_page] => 
    [flore_incontournable] => 0
    [flore_published] => 1
    [lang_id] => 1
    [_table:protected] => bri_flore
    [mainfield] => flore_id
    [mainfieldval] => 44
)
Interfacer cet objet avec \NOE\WP\Item NOE\WP\Flore Object
(
    [flore_id] => 61
    [flore_libelle] => Canche des marais
    [flore_nom_latin] => Aristavena setacea 
    [flore_slug] => canche-des-marais
    [flore_type] => 110
    [flore_caracteristiques] => /*/5/*//*/6/*/
    [flore_statut] => /*/118/*//*/120/*/
    [flore_saison] => /*/17/*/
    [flore_habitat] => /*/126/*//*/127/*/
    [flore_repartition] => Elle s’étend du sud de la Scandinavie au nord de l\'Espagne, et jusqu’à l\'ouest de la Pologne
    [flore_repartition_locale] => Marais indivis et Pont-Château
    [flore_visible_zones] => /*/139/*//*/138/*/
    [flore_text] => La Canche des marais (Aristavena setacea (Huds.) F.Albers & Butzin), ou Canche sétacée est une Poacée vivace à souche cespiteuse, formant des touffes denses. Ses feuilles mesurent 2,5 à 10 cm de long et 1 à 1,5 mm de large, elles sont glaucescentes, ordinairement enroulées-sétacées et rudes. Les ligules mesurent entre 4,5 et 11 mm de long, elles sont lancéolées, acuminées et translucides. Les chaumes sont dressés et mesurent 40 à 80 centimètres. La panicule est lâche, contractée après la floraison, à rameaux flexueux, il mesure 8 à 18 cm de long et 1,5 à 5 cm de large. Les épillets contiennent deux fleurs, ils sont pourpre-violacés, bordés de blanc sale (roussâtres). La glume inférieure est étroitement lancéolée, elle mesure (3) 4 à 5 mm de long et présente une nervure, la glume supérieure est également lancéolée, elle mesure (3,5) 4 à 5,6 mm de long. Les lemna (glumelles inférieures) mesurent 3 à 4 mm de long et sont irrégulièrement dentées au sommet, elles présentent une arrête genouillée, scabre, de 4,5 à 6 mm de long, insérée à la base des glumelles ou dans leur tiers inférieur et dépassant les glumes. La fleur supérieure à un pédicelle environ égal à 1 mm. L’espèce fleurie de juin à août.
La Canche des marais se développe généralement dans des pelouses amphibies exondables, dans les marais, les landes marécageuses et sur les bords de mares oligotrophes. Elle pousse sur des sols oligotrophes, siliceux ou tourbeux. L’espèce semble incapable de tolérer la concurrence et de persister dans un gazon fermé, elle se développe souvent sur des vases nues, de façon isolée.
    [flore_visuel] => /wp-content/uploads/flore/canche-des-marais.jpg
    [flore_visuel2] => /wp-content/uploads/flore/canche-des-marais_2.jpg
    [flore_video] => 
    [flore_url] => https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/83756
    [flore_page] => 
    [flore_incontournable] => 0
    [flore_published] => 1
    [lang_id] => 1
    [_table:protected] => bri_flore
    [mainfield] => flore_id
    [mainfieldval] => 61
)
Interfacer cet objet avec \NOE\WP\Item NOE\WP\Flore Object
(
    [flore_id] => 28
    [flore_libelle] => Châtaignier commun
    [flore_nom_latin] => Castanea sativa
    [flore_slug] => chataignier-commun
    [flore_type] => 110
    [flore_caracteristiques] => /*/5/*/
    [flore_statut] => 
    [flore_saison] => /*/17/*//*/19/*/
    [flore_habitat] => /*/129/*//*/130/*//*/133/*//*/135/*/
    [flore_repartition] => Nationale
    [flore_repartition_locale] => Étendue
    [flore_visible_zones] => /*/139/*//*/138/*//*/137/*/
    [flore_text] => Sources : tela-botanica.org, canope.ac-besancon.fr
    [flore_visuel] => /wp-content/uploads/flore/chataignier-commun.jpg
    [flore_visuel2] => 
    [flore_video] => 
    [flore_url] => https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/89304
    [flore_page] => 
    [flore_incontournable] => 0
    [flore_published] => 1
    [lang_id] => 1
    [_table:protected] => bri_flore
    [mainfield] => flore_id
    [mainfieldval] => 28
)
Interfacer cet objet avec \NOE\WP\Item NOE\WP\Flore Object
(
    [flore_id] => 29
    [flore_libelle] => Chêne pédonculé
    [flore_nom_latin] => Quercus robur
    [flore_slug] => chataigner
    [flore_type] => 110
    [flore_caracteristiques] => /*/5/*/
    [flore_statut] => 
    [flore_saison] => /*/18/*//*/17/*//*/20/*//*/19/*/
    [flore_habitat] => /*/129/*//*/130/*//*/133/*//*/135/*//*/134/*/
    [flore_repartition] => Nationale
    [flore_repartition_locale] => Étendue
    [flore_visible_zones] => /*/139/*//*/138/*/
    [flore_text] => Arbre très élevé, à bois moins dur que dans les précédents. Jeunes rameaux flexibles, glabres. Feuilles presque sessiles, caduques, obovales-oblongues, subauriculées à la base, entièrement glabres, d\'un vert clair. Fleurs femelles éparses sur un long pédoncule glabre. Style en colonne, à stigmate. Sommet glanduleux du pistil. dressés, réfléchis seulement à la pointe épaissie en bourrelet. Fruits pendants sur un pédoncule beaucoup plus long que le pétiole. Cupule glabre, à écailles peu nombreuses, courtes, exactement appliquées. Glands oblongs. Varie à rameaux redressés contre la tige et formant une longue cime étroite (Q. fastigiata Lamk). Écologie Bois frais ou humides, dans presque toute la France ; nul dans la plaine méditerranéenne ; Corse.

Répartition : Europe ; Asie Mineure, Caucase ; Maroc.
Hauteur de l\'arbre : 20 à 40 m.
Longueur des feuilles : 8 à 12 cm.
Floraison : avril-mai.
Altitude : 0 à 1300 m.

Sources : tela-botanica.org, canope.ac-besancon.fr
    [flore_visuel] => /wp-content/uploads/flore/chataigner.jpg
    [flore_visuel2] => 
    [flore_video] => 
    [flore_url] => https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/116759
    [flore_page] => 
    [flore_incontournable] => 0
    [flore_published] => 1
    [lang_id] => 1
    [_table:protected] => bri_flore
    [mainfield] => flore_id
    [mainfieldval] => 29
)