La flore du Parc naturel

L’amélioration de la qualité de la nature joue un rôle essentiel pour le maintien de réservoirs de biodiversité qui accueillent des espèces fragiles ou menacées comme des espèces communes mais non moins essentielles.

La gestion actuelle (curage des canaux, fauche des foins et de la litière, pâturage extensif) a favorisé la diversité paysagère observée dans le Parc naturel régional de Brière et avec sa diversité floristique. A travers ce livret, découvrez quelques espèces d’intérêt patrimonial élevé présentent en Brière.

 

Avis de recherche... la Crassule de Helms
Introduite en Europe comme plante ornementale, la Crassule de Helms se développe dans les eaux douces et calmes. Elle affectionne particulièrement les milieux qui s’assèchent momentanément. Cette plante a été identifiée dans les marais de Brière à partir de 2015. Elle s’y adapte parfaitement. Elle est également signalée dans des mares bocagères et bassins d’ornement.
En savoir plus
L'ail des landes : une plante protégée
L’Ail des landes (Allium ericetorum Thore) est une plante à bulbe protégée connue uniquement en France, Espagne et Portugal. Extrêmement rare sur le Massif armoricain, la plante bénéficie d'un plan de conservation régional.
En savoir plus
Flore et communautés végétales de Brière

La Brière, dans la diversité de ces paysages de marais et de bocage, abrite une biodiversité floristique riche, diversifiée et remarquable. Près de 900 plantes ont été identifiées. 170 espèces possèdent un intérêt patrimonial élevé dont 50 sont protégées et 6 font l'objet d'un plan de conservation ou d'action à l'échelle régionale ou nationale.

Plan d'actions en faveur de la flore remarquable du Parc de Brière

Le territoire du Parc naturel régional de Brière (PnrB) recèle un patrimoine naturel exceptionnel, qui s’exprime notamment à travers l’étendue et la richesse de ses zones humides, que sont les marais de Brière, du Brivet et du Mès. Parmi les enjeux de biodiversité, la flore et les habitats revêtent un intérêt majeur avec plus de 900 taxons identifiés sur le territoire du parc, 170 espèces d’un intérêt patrimonial élevé dont 50 sont protégées et 6 font l’objet d’un plan de conservation ou d’action à l’échelle régionale ou nationale.L’objectif de ce travail consigné dans ce raport est tout d’abord d’affiner notre connaissance sur la répartition, l’écologie et l’état de conservation de 15 plantes remarquables présentes sur le territoire du PnrB et également à proposer pour ces espèces des mesures de gestion adaptées.