/ Le Parc/Un territoire d’exception/Un territoire remarquable/La Grande Brière, labellisée site RAMSAR depuis 25 ans

La Grande Brière, labellisée site RAMSAR depuis 25 ans

Signataire de la Convention de Ramsar en 1971, la France a ratifié ce traité en 1986. Elle s’est alors engagée sur la scène internationale à préserver les zones humides de son territoire.

Ramsar, en deux mots

La Convention sur les zones humides, appelée Convention de Ramsar, est un traité intergouvernemental qui sert de cadre à l’action nationale et à la coopération internationale pour la conservation et l’utilisation rationnelle des zones humides et de leurs ressources.

Sur le Parc naturel régional de Brière Ramsar représente 17 600 ha

 

 

 

RAMSAR : Grande Brière : Un site reconnu d’importance internationale


Les marais de Brière sont l’une des principales zones marécageuses de la façade atlantique française. Ils possèdent des atouts majeurs pour favoriser une grande diversité d’espèces animales et végétales. La Grande Brière est un territoire d’une grande importance pour la reproduction, la migration et l’hivernage des oiseaux d’eau. Sur le plan floristique, c’est un vaste réservoir de communautés remarquables et d’espèces protégées. Ce site est au tout premier rang pour assurer la conservation d’espèces rares et d’intérêt communautaire comme le butor étoilé, la guifette noire ou la gorgebleue à miroir blanc pour les oiseaux, la thorelle pour les plantes ou la loutre d’Europe pour les mammifères.

 

Les services rendus par les zones humides

 

Les zones humides de Brière jouent un rôle certain dans la maîtrise des crues et dans l’épuration de l’eau sur le territoire. Outre sa fonction essentielle de réservoir pour de nombreuses espèces de faune et de flore menacées et sa vocation conservatoire pour la biodiversité, le site Ramsar de Grande Brière est un support économique pour des activités professionnelles diverses : élevage agricole, valorisation des vases extraites, artisanat autour des produits issus du marais et activités touristiques. D’un point de vue social et culturel, l’Homme a façonné ce milieu entretenant avec lui des liens d’appropriation et d’usage forts, comme en témoignent les activités de chasse, de pêche, de batellerie ou d’agriculture pratiquées encore aujourd’hui. Les facteurs défavorables Les richesses naturelles restent vulnérables et affectées par l’évolution du lien qu’entretiennent l’homme et son milieu sur le territoire. Recul de l’agriculture sur le marais, fermeture des milieux, envasement du marais, pression urbaine et fragmentation du territoire, remblaiements locaux, développement des espèces exotiques envahissantes, dégradation de la qualité de l’eau sont autant de menaces auxquelles les gestionnaires doivent apporter des réponses.

C’est l’un des rôles du Parc naturel régional de Brière qui est en gestionnaire. En effet, le site Ramsar recouvre le site Natura 2000 « Grande Brière – Marais de Donges » (ZSC et ZPS), le site inscrit de Grande Brière, la Réserve naturelle régionale des Marais de Brière, des espaces naturels sensibles du département de Loire-Atlantique, des espaces concernés par la loi Littoral et des ZNIEFF.

Dans ses missions quotidiennes, le Parc naturel régional s’efforce de déployer des mesures de conservation de son patrimoine biologique en restaurant des milieux d’intérêt écologique (Natura 2000), en soutenant l’agriculture extensive (MAEC, Valeur Parc), en maintenant et en rétablissant les continuités écologiques, en développant la connaissance sur la biodiversité pour mieux appréhender sa préservation, en fédérant les acteurs impliqués dans la lutte contre les espèces exotiques envahissantes, etc.

 

L’association Ramsar France

Créée en 2011 à la demande de gestionnaires de ces sites, elle s’est donnée pour objet de :

• faire connaître et promouvoir le label Ramsar en France,

• promouvoir les sites Ramsar,

• créer les conditions de partage et de production de connaissances et d’expériences à l’échelle nationale et internationale dans les domaines de la conservation, la gestion et la valorisation des zones humides en lien avec les autres réseaux d’espaces protégés,

• créer un lien entre les sites Ramsar français, le ministère en charge de l’écologie et le secrétariat de la convention de Ramsar,

• encourager et accompagner l’inscription de nouveaux sites français et améliorer la gestion des sites Ramsar inscrits.

En savoir plus