/ Le Butor étoilé et la Locustelle Luscinioïde, ambassadeurs des roselières

Le Butor étoilé et la Locustelle Luscinioïde, ambassadeurs des roselières

A l’échelle de la France, la Brière accueille probablement la plus grande population de Locustelle luscinioïde et une des principales de Butor étoilé (15% des effectifs nationaux). Ces deux espèces patrimoniales sont en fort déclin en France et en Europe et leur conservation au sein de cette zone humide constitue donc un enjeu de conservation majeur. Toutefois, leur abondance, leur distribution et leur sélection des habitats au sein de cette zone humide restent à préciser et à actualiser.

Deux espèces patrimoniales

butor étoilé @JP.Saliou

 

Le Butor étoilé est une espèce d’oiseau menacée en Europe et fait l’objet d’un plan national de restauration en France. Elle est considérée comme espèce « phare » du document d’objectifs Natura 2000 « Oiseaux » en Brière compte tenu de l’étendue des roselières qui constituent l’un des derniers sites de reproduction de l’espèce en France. Son chant s’apparente à une corne de brume qui porte à plusieurs kilomètres

Dans le cadre de l’application de ce Plan national d’actions en cours sur le Butor étoilé et du Docob « Oiseaux » du site Natura 2000 « Grande Brière – Marais de Donges et du Brivet» (FR 5212008), le Parc naturel régional de Brière, en partenariat avec le laboratoire de recherche LETG-Nantes Géollitomer (UMR 6554), a souhaité : 
– dresser l’état des lieux des populations du Butor étoilé sur les marais de Brière et du Brivet (abondance et distribution),
– préciser son habitat de reproduction,
– visualiser les secteurs à enjeux sur le site.

Les populations briéronnes constituent un bastion d’importance nationale pour cette espèce et le Plan national d’actions qui lui est dédiée a réalisé un important travail de suivi de l’espèce et de ses habitats.

Les investigations de terrain prévues pour cette opération ont été mises à profit pour acquérir des connaissances sur les populations d’oiseaux des roselières, dites sensibles, et notamment celles de Locustelles luscinioïdes (espèce classée en danger » à la Liste rouge des espèces menacées de France).

Locustelle Luscinioïde @JP.Saliou

Pour la Locustelle luscinioïde, une étude sur l’habitat et les paysages a été réalisée. Elle a permis d’intégrer de nouveaux éléments pour la gestion conservatoire des roselières briéronnes en tant qu’habitat de reproduction du Butor étoilé et des espèces associées. Les gestionnaires sont désormais en mesure de cerner les espaces où les variables environnementales favorables à la persistance des espèces, de cibler les inventaires de suivis des populations et de définir les zones sensibles à préserver.

 La locustelle luscinioïde est un petit passereau considéré en déclin en France. Ce bastion français, estimé autour d’un milier de couples, s’observe sans peine au printemps. En effet, le mâle, bien ancré sur sa tige de roseau lance une trille musicale soutenue d’une cinquantaine de notes à la seconde, pouvant durer 10 à 30 secondes.