/ Le chaume : toute une histoire/6 – Le savoir-faire chaumier

6 – Le savoir-faire chaumier

Les différentes techniques employées par le couvreur chaumier.

Techniques de pose

En Brière, trois techniques de pose ont été observées chez les couvreurs chaumiers : la technique briéronne traditionnelle, la technique briéronne contemporaine et la technique hollandaise. Elles se distinguent par le sens de pose et le maintien des bottes sur la charpente.

Sens de pose

Dans la technique briéronne traditionnelle ou « à la poignée », la couverture est réalisée par passées verticales. C’est-à-dire que le couvreur recouvre la charpente du toit de bas en haut, puis une fois la « colonne » terminée, il se décale pour réaliser la colonne suivante de la même manière.

Dans le cas de la technique briéronne contemporaine et de la technique hollandaise, la couverture en chaume se fait par passées horizontales, ou « à la barre ». Le couvreur recouvre la toiture sur toute la rangée inférieure avant de passer à la rangée supérieure jusqu’au sommet.

Maintien du chaume

Dans le cas des techniques briéronnes traditionnelle et contemporaine la botte de chaume est accrochée au liteau directement au moyen d’un fil de fer galvanisé qui est passé à travers la couverture grâce à des aiguilles mâle et femelle.

Dans le cas de la technique hollandaise (appelée « normande » en Brière), le chaume est maintenu contre le liteau au moyen d’une baguette en bois qui est attachée avec un fil de fer galvanisé.

Transmission du savoir-faire

Aujourd’hui, la filière chaume locale, mais aussi nationale, peinent à trouver des jeunes à qui transmettre les savoir-faire. Plusieurs raisons peuvent expliquer la situation : visibilité de la filière, absence de formation initiale active, et travail physique en hauteur. Or, un chaumier est considéré comme réellement autonome après cinq années de pratique en moyenne.

Pourtant, les espoirs sont là : des démarches sont engagées pour rendre la filière plus attractive (structuration, formation, communication…) et les performances du matériau n’ont rien à envier aux autres face aux enjeux du développement durable.

Retrouvez :