/ Vivre et habiter sa chaumière | EN ACTION

Vivre et habiter sa chaumière

Un ouvrage de référence a été édité en 2014 par le Parc naturel régional pour moderniser les chaumières d'aujourd'hui

Triennal

2018-2021

Aujourd’hui, la politique de préservation du patrimoine des chaumières a évolué avec le contexte financier, les évolutions réglementaires et nos modes de vie. L’arrêt des aides financières et l’atténuation du rôle protecteur du site inscrit obligent le Parc naturel régional de Brière a trouvé d’autres moyens pour inciter les propriétaires à poursuivre l’emploi du chaume et à conserver la qualité patrimoniale et architecturale de leur chaumière. Le Parc continue ainsi à sensibiliser les collectivités à la préservation des chaumières à travers son rôle d’accompagnateur dans la révision de leur document d’urbanisme et de leurs aides pour l’amélioration de l’habitat. Quant au conseil architectural, bien que réduit, il est maintenu avec les permanences gratuites d’un architecte conseil du CAUE.

Un ouvrage de référence et de recommandations vient d’être édité « Vivre et habiter sa chaumière », et sera accompagné d’animations pour sensibiliser les habitants et les aider à réaliser leurs travaux sans dénaturer leur patrimoine. Les sites remarquables pour découvrir les chaumières : le village de Kerhinet à Saint-Lyphard, entièrement restauré par le Parc naturel régional de Brière au début des années 70, le village de Kerbourg à Saint-Lyphard, Mayun à la Chapelle-des-Marais, l’île de Fédrun à Saint-Joachim…

Ce projet a débuté lors du plan triennal 2014-2017 de la charte du Parc.

En savoir plus

Technicien :

Photo de Anne Brasselet
Anne Brasselet

Chargée de mission préservation et valorisation du patrimoine des chaumières et de sa filière économique

Au sein du service développement local, je participe au programme d'action initié en vue de préserver les couvertures en chaume prématurément dégradées par les micro-organismes. Je suis sa réalisation en coordonnant les différentes actions (recherche, filière, politiques publiques...) et partenaires (professionnels de la filière chaume, scientifiques, propriétaires, élus...) afin de trouver des solutions permettant d'enrayer le phénomène. Je suis également amenée à considérer le roseau comme un matériau bio-sourcé à valoriser (construction, énergie...). Cette mission incarne pleinement les verbes qui animent ma carrière et m'ont guidée jusqu'au Parc naturel régional de Brière : " Découvrir. Comprendre. Partager".

Référent :

Photo de Philippe GERVOT
Philippe GERVOT

Délégué titulaire de la commune de La Baule

Commune de La Baule

Vivre et habiter sa chaumière