Chaume sous surveillance

Toiture connectée, caméras thermiques, drone… Le Parc naturel régional de Brière s’appuie sur les nouvelles technologies pour mieux comprendre le comportement des toitures en chaume et surveiller la propagation des champignons.

Les nouvelles technologies à la rescousse des toits en chaume

Toiture connectée : un suivi au long cours

Fin 2018, des capteurs ont été posés sur La Catiche, un bâtiment appartenant au Parc, situé dans le village de Kerhinet. Insérés dans la toiture, ces capteurs sont reliés à un ordinateur et mesurent en continu le taux d’humidité et les températures de la couverture et ce sur plusieurs saisons, pendant plusieurs années. « La température et l’humidité sont des éléments importants pour le développement des champignons. Nous espérons pouvoir analyser les variations de ces paramètres au sein de la couverture et les mettre en lien avec le développement ou non des micro-organismes », précise Anne Brasselet, chargée de mission « préservation et valorisation du patrimoine des chaumières et de sa filière économique ». Dès janvier 2019, les capteurs ont commencé à enregistrer les données, analysées par des chercheurs de l’École Supérieure du Bois. « Il est intéressant d’observer les déphasages de la température entre le jour et la nuit. Ces données n’étaient pas recherchées au départ, mais nous pouvons ainsi vérifier que le chaume est une bonne alternative, biosourcée, pour favoriser le confort et l’isolation de l’habitat ».

L’alliance des caméras thermiques et du drone

D’autres technologies seront prochainement à l’œuvre pour faciliter les suivis du développement des champignons sur les toits de chaume. « Il nous fallait un outil d’aide au diagnostic pour numériser les dégradations potentielles en remplacement de l’œil humain et déterminer si les toits de chaume sont atteints ou non par les champignons sans avoir à monter sur chaque toit à l’échelle du territoire », poursuit Anne Brasselet. « L’université de Rennes nous a proposé d’utiliser une caméra montée de six capteurs, couplée à un drone ou un ULM pour survoler les chaumières. Les premiers tests devraient avoir lieu à l’automne pour valider l’outil ».

Chaume, vers des solutions ?
Fin 2016, le Parc naturel régional de Brière a engagé un programme d’actions pour mieux comprendre la dégradation prématurée des toits en chaume sur son territoire. Tout récemment, le programme d’actions a été adapté pour tenir compte des derniers éléments scientifiques.
En savoir plus
Retour sur le séminaire "Chaume et chaumière, de Brière et d'ailleurs"
Les 9 et 10 octobre 2019, à Saint-Lyphard, le Parc naturel régional de Brière a organisé un séminaire consacré à la compréhension des dégradations prématurées des couvertures en chaume pour mieux préserver et valoriser l'emploi du chaume. 
En savoir plus
Toits de chaume : et ailleurs, ça se passe comment ?
Pourquoi nos toits de chaume se dégradent-ils prématurément ? C’est à cette question que le Parc naturel régional de Brière a voulu répondre en organisant deux voyages d’études riches d’enseignements, l’un au Royaume-Uni, l’autre aux Pays-Bas.
En savoir plus
Un projet collectif de préservation des chaumières
Face à l’accélération des dégradations prématurées des couvertures en chaume, le syndicat mixte du Parc naturel régional de Brière, les collectivités, les habitants et les chaumiers ont engagé un projet pour comprendre le phénomène et trouver des solutions pérennes.
En savoir plus